Tizen, Gamepad API, Deezer API, AngularJS, WebGL, WebRTC, quoi de neuf dans la planète HTML5 ?

Le groupe France HTML5 chapeauté par la société Bemyapp a organisé lundi dernier sa 11ème conférence HTML5, CSS3 et Pizzas autour de la thématique de HTML5. Cela fait plusieurs mois que je participe régulièrement à ces rencontres mais je ne m’en étais jamais vraiment fait l’écho. Et pourtant celles-ci sont de grande qualité. Plusieurs orateurs s’enchaînent pour présenter leurs expérimentations autour d’HTML5. Je vais me rattraper aujourd’hui avec ce compte rendu.

Au programme de cette session : Lire la suite

Développer une application HTML5 100% hors ligne

Vous le savez peut-être, il existe des possibilités en HTML5 pour conserver des ressources hors ligne. Mais de là à faire un site complètement hors ligne, c’est plutôt de la science fiction.

Ludovic Chane Won In s’est lancé ce défi technologique et a gagné son pari. Il a publié un retour d’expérience très instructif que je vous invite à lire. Reste-t’il encore une raison pour faire une IHM d’application autrement qu’en HTML5 ?

Votre page Web transformée en labyrinthe 3D, une nouvelle prouesse HTML5 signée Chrome Experiments

Prenez votre page Web, par exemple beule.fr ou fanfr.com. Allez sur le Chrome World Wide Maze et vous voila en train de jouer à un jeu en 3D dont le terrain de jeu est votre page Web, tout ça en HTML5 en utilisant le tag canvas. Ceci est possible grâce à ce nouveau Chrome Experiment qui, je vous le rappelle, réunit un ensemble de démos pour montrer ce que l’on peut faire en HTML5, tout particulièrement avec Chrome.

Pour rajouter un peu de piment, la navigation dans le labyrinthe se fait avec votre smartphone qui doit se synchroniser avec votre PC à l’aide d’un tag 3D. Techniquement, c’est bluffant, même si c’est somme toutes limité à de la manipulation d’images générées à la volée dans un canvas. Coté jouabilité, c’est très vite lassant. Mais cela vaut tout de même le coup d’oeil.

Pour en savoir plus, lisez l’article du 20 minutes à ce sujet ou allez directement voir l’expérience sur le site de Chrome.

L’index de Google fait 100 000 To pour 30 000 milliards de pages indexées

Google vient de réaliser une infographie interactive pour expliquer son métier de moteur de recherche, ce qui permet, par la même occasion de glaner quelques chiffres sur la taille de la base de données de Google. Les chiffres sont tout simplement impressionnants !

De plus, Google a réalisé cette infographie en HTML5 en utilisant une technique déjà exploitée sur d’autres sites mais qui est malgré tout impressionnante. En effet, c’est en scrollant la page que l’infographie s’anime. Si vous n’avez jamais vu de sites de ce genre, c’est le moment d’aller y jeter un oeil.

Pour en savoir plus, lisez l’article de présentation de PcINpact ou allez directement sur l’infographie interactive de Google (en anglais).

Silk : une prouesse artistique en HTML5

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas parlé d’HTML5 et des prouesses artistiques qui peuvent être faites avec. En septembre 2010, dans l’analyse d’expert « HTML5 : le nouvel argument commercial« , je parlais de l’excellent site en HTML5 de Google, « The wilderness downtown » qui, sur une musique d’Arcade Fire, propose un mix entre des images de Google Maps et Google Street View de l’adresse que vous avez choisie, et des animations bluffantes superposées à ces images. En juin 2011, j’annonçais le portage du célèbre jeu Doom en HTML5.

Aujourd’hui, voici une démo beaucoup plus calme et plus artistique. Du moins si vous avez un minimum de talent car le dessinateur, c’est vous ! Rassurez-vous, je suis nul en dessin et j’ai réussi à réaliser de très belles choses. Le site s’appelle « Silk – interactive generative art » et vous voila libre de réaliser vos plus belles toiles. Et tout ça en musique ! Quand je vous dis que HTML5 est largement sous-exploité…

Application native vs Web application : le duel fraticide

Les applications natives sont développées et compilées pour le système cible où elles s’exécutent. Elles ne fonctionnent donc que sur un seul système. Elles sont généralement développées dans le langage de prédilection du système, qui diffère d’un système à l’autre. Les applications Web, ou Web apps, s’exécutent au sein d’un navigateur Internet. Ces navigateurs étant présents sur tous les systèmes, elles peuvent s’exécuter sur tous les systèmes.

Chacune des deux solutions a des avantages et des inconvénients. Selon le contexte et le type d’application, une solution sera plus adéquate que l’autre. Mais quels sont ces critères ? Comment faire le bon choix ? Analyse. Lire la suite

Titanium studio 2 : les développements natifs nomades multiplateformes

Il y a deux manières d’être présent sur les appareils nomades (smartphones et tablettes). En développant une web application adaptée aux dimensions des terminaux cibles et fonctionnant sur n’importe quel navigateur Internet, ou en développant des applications natives.

Pour la première solution, un seul développement est nécessaire. Il est compatible avec tous les terminaux. Pour la seconde solution, il est nécessaire de réaliser autant de développements que de systèmes d’exploitation existants : iOs, Android, Bada, BlackBerry, Windows Phone…

La seconde solution a pourtant beaucoup d’avantages : meilleure réputation, présence sur le store, possibilités étendues, manipulation du matériel du terminal…

Comment faire du développement natif tout en ne réalisant qu’une seule et unique application muti-OS ? C’est ce que propose Titanium Studio 2 qui est un environnement de développement permettant la réalisation d’application multi-OS. Eldorado ou vraie mauvaise idée ? Analyse. Lire la suite

J’ai mes données dans le cloud, c’est bien ?

Le « cloud » est le nouvel eldorado de l’informatique. Attention à ne pas confondre avec le « nuage », c’est moins « in ». Google, Microsoft, Apple, les grands hébergeurs, tout le monde s’y est mis. Mais qu’est-ce exactement ? Rien de bien révolutionnaire ! Un peu comme le Web 2.0 à l’époque, c’est une tendance qui existe depuis longtemps et qui a enfin un nom. C’est bien plus vendeur d’avoir un nom ! C’est malgré tout une vraie tendance de fond qui permet de tout virtualiser et de ne plus avoir à administrer et mettre à jour ses serveurs et ses logiciels. Autant laisser ces tâches sans valeur ajoutée à des professionnels dont c’est le métier. Qu’offre le cloud ? Analyse. Lire la suite

Doom en HTML5 !

Et oui, c’est incroyable. Il est maintenant possible de jouer à Doom sur son navigateur s’il supporte un tant soit peu HTML5. Encore un coup dur pour Flash qui pouvait encore briller par ses jeux.

Quand on sait qu’au final, cela a consisté à compiler du C en JavaScript, je dis tout simplement : chapeau !

2uff08y

Pour ceux qui veulent savoir comment cela fonctionne techniquement, je vous invite à lire l’article de Tom’s Hardware. Pour la démo, c’est par là, avec Firefox 4 de préférence pour la fluidité. Et oui, Chrome est lent pour une fois !

HTML5, pour quoi faire ?

Un ancien collègue m’a envoyé un E-mail il y a quelques jours me demandant : « Est-ce que tu t’intéresses à l’HTML5 ? Si oui, comptes-tu t’en servir ? Pour quoi ? Et surtout quand ? »

Je l’ai tout d’abord redirigé vers l’article que j’avais déjà écrit à ce sujet, « HTML5, le nouvel argument commercial », que je vous invite à lire dans ce même blog si vous ne l’avez pas déjà fait. En substance, j’indiquais que tout le monde parle d’HTML5 en faisant un amalgame, confondant allègrement avec ce que l’on peut déjà faire en HTML 4 depuis des années et qui commence tout juste à être exploité. Après une brève mise au point sur ce qu’est HTML 4, je vais décrire ce qu’apporte HTML5 et à quoi l’on pourra s’en servir. Analyse. Lire la suite