Le nouveau Scrum Guide 2020 est sorti, quoi de neuf ?

Le nouveau Scrum Guide attire toute les convoitises comme le nouveau catalogue Ikea (c’est à dire pour les personnes qui s’intéressent au sujet), sauf qu’il ne sort pas chaque année ce qui en fait un événement.

Ce qu’il en ressort, c’est moins de pages, donc moins de contenu. Je comptais comme en 2017 faire un article de synthèse sur ce guide, mais comme à chaque fois, d’autres coachs sont plus rapides que moi. Alors plutôt que de refaire une nième analyse, je vous redirige directement vers l’analyse qui me parait la plus riche, celle de Bruno Margueritat, « Scrum Guide 2020« .

Pour ceux qui préfèrent le guide complet de 13 pages pour se faire une opinion, il est disponible en français et en anglais sur le site officiel.

Peut-on aimer SAFe quand on est agiliste ?

J’aurais aimé être l’auteur de cet article. Mais je me suis fait doubler par Nicolas Lochet et je lui en suis reconnaissant parce que son analyse est juste et, je trouve, pas trop partisane. Je remercie aussi le collègue qui m’a fourni cette analyse d’expert très intéressante : « Peut-on aimer SAFe quand on est agiliste ? »

Pour résumer très simplement les choses et inclure les personnes larguées par le sujet, SAFe est une proposition de cadre pour pratiquer de l’agilité dans des contextes où il y a plus de 50 personnes qui travaillent ensemble et pouvant aller jusqu’à l’échelle de l’entreprise complète.

Les détracteurs de SAFe pensent que ce n’est pas Agile car trop structuré, laissant entendre que l’agilité, c’est la déstructuration à l’extrême. En fait, même Scrum, qui est fait pour une équipe de 10 personnes est très structuré. C’est ensuite ce que l’on en fait qui est efficace ou brouillon.

Mais quand on commence à travailler dans un eco-système impliquant plus de 50 personnes, SAFe devient une grande aide car il apporte des réponses aux très nombreuses problématiques que l’on se pose lorsqu’on déploie de l’agilité. Et quand on regarde les propositions « concurrentes », LeSS, DAD, Nexus, Scrum@Scale, pour ne citer qu’eux, et bien les réponses n’y sont souvent pas, sauf pour les plus simples qui sont finalement assez proches de ce que propose SAFe.

Les détracteurs répondent alors que SAFe est trop complexe. Mais qui a dit qu’il fallait tout prendre de SAFe ? On regarde la boite à outils, on prend ce qui nous intéresse, et si on constate un dysfonctionnement, on re-regarde la boite à outils pour voir si on n’a pas oublié quelque chose d’important, c’est tout.

Je fais partie de ceux qui ont déployé un framework alternatif venant d’un cabinet de consulting. Dans les grandes lignes, c’était aligné avec SAFe, mais dit différemment. Et puis, il y avait des zones d’ombres… Pour les combler, il ne restait qu’un moyen : se retourner vers ce que SAFe propose.

Le grand défaut de SAFe, c’est la machine commerciale qui est derrière. On doit suivre les formations comme ça et pas autrement. Il faut renouveler sa licence chaque année. On n’a pas le droit de former si on n’est pas SPC et qu’on n’a pas sa licence à jour. On paye pour chaque personne formée. Les slides n’ont pas le droit d’être diffusés tant que la formation n’est pas donnée et payée. Tout cet aspect est horrible et peut justifier à lui seul de dire qu’on ne fait pas du SAFe mais quelque chose qui y ressemble. C’est vrai.

Mais au bout du bout, le truc qu’on ferait qui y ressemble, finalement, il y ressemble beaucoup… ou alors ça ne fonctionne pas.

En attendant, lisez le long article de Nicolas Lochet : « Peut-on aimer SAFe quand on est agiliste ?« 

Comment prendre 55 jours de congés en 2021 ?

En 2020, on nous annonçait un très bon cru pour les congés. Cette année là, les jours fériés tombaient parfaitement pour cumuler ponts et viaducs. Mais la crise du Coronavirus a eu raison de nous. Espérons que 2021 soit d’un meilleur cru coté crise. En matière de congés, on n’est pas en reste. Le Figaro propose son calendrier de congés idéal pour avoir 55 jours de congés en posant 26 jours. Cela pourra vous inspirer pour organiser les votre.

Pour en savoir plus, lisez d’article du Figaro : « En 2021, comment obtenir 55 jours de vacances en posant 26 congés payés« .

La batterie électrique, le nouvel eldorado industriel, qui va gagner?

L’énergie électrique prend jour après jour de plus en plus de parts de marché au détriment des énergies dites fossiles. Le problème aujourd’hui, c’est qu’elles sont coûteuses et lourdes. Celui qui trouvera la recette magique pour diviser par dix et le poids et le prix raflera ce marché juteux que tout le monde rêve de conquérir.

Alors quand une société française, Nawa Technologies en l’occurrence, annonce qu’elle est prête à industrialiser son invention qui permet de fabriquer des batteries dix fois moins lourdes et volumineuses, on se dit que l’on approche de ce moment où l’énergie électrique basculera d’une solution pour écologistes convaincus à une solution viable pour tous.

Ce n’est pas la première annonce que je vois de ce type, alors restons prudent. Il faut encore que cette phase industrielle soit opérationnelle et capable de générer du volume. En attendant, lisez l’article de 01Net pour en savoir plus : « Ces électrodes made in France promettent des batteries dix fois plus performantes« .

Les télétravailleurs commencent à s’inquiéter pour leur carrière

Le télétravail prend de l’ampleur et cela va durer. Dans son article « Dans la tech, les télétravailleurs commencent à s’inquiéter pour leur carrière« , Zdnet soulève le fait que le télétravail important que l’on connait aujourd’hui limite la possibilité d’élargir son réseau et limite la capacité de progresser dans son métier. Ceci est assez vrai, je le ressens moi-aussi.

Ce qui me fait tilter, c’est la capacité de progresser. Or, cette capacité n’a généralement pas été le fort des entreprises qui étaient plus axés sur la livraison de valeur (faire le projet et travailler juste sur cela) plus que la capitalisation et la montée en compétences qui était relégué aux calandres grecques ou alors au samedi pour les collaborateurs courageux. Or, cette activité de capitalisation, bien que primordiale pour la performance de l’entreprise, n’a jamais été considérée comme importante et, du fait de cette faible considération, est génératrice de turn over important car les collaborateurs s’identifient plus aux entreprises qui valorisent la progression du collaborateur, dans ses actes et pas uniquement ses mots.

Alors certes, le télétravail a un impact amplificateur sur la progression des collaborateurs, mais il ne faudrait pas l’accuser de tous les maux. Même en télétravail, on peut capitaliser !

Agile en Seine 2020 en ligne et à prix réduit cette année

Vous savez probablement que je suis co-organisateur d’Agile en Seine depuis sa première saison et que c’est devenu l’une des conférences Agile les plus courues en France.

Pour la quatrième édition, nous étions partis pour faire encore plus grand. Mais, crise du covid oblige, nous avons été obligé de revoir notre copie. Cette année, la conférence sera entièrement en ligne ! Plutôt que de tout faire en présentiel sur une journée, nous avons étalé l’événement sur une semaine, du lundi 28 septembre 2020 au vendredi 2 octobre 2020, de 12h à 14h et de 19h à 20h, ce qui vous permettra de continuer à travailler normalement cette semaine-là.

En ligne, les frais sont moindres : pas de location de salle, pas de restauration. Les prix d’Agile en Seine 2020 sont dix fois moins cher que les saisons précédentes : 30 Euros ! C’est le moment d’en profiter. Et si vous trouvez cela encore cher, contactez-moi et je vous donnerais un code promo de 50% !

Ok, c’est pas cher. Mais la qualité ? Elle est au rabais ? Bien sûr que non !

Nous avons sélectionné les meilleures conférences, toutes inédites, et comme chaque année, les plus grandes entreprises partagent leurs expériences de déploiement de l’Agilité.

Agile en Seine 2020, c’est 2 keynotes, 23 sessions et 4 ateliers !

Je ne peux être que partisan en vous faisant la promo de quelques ateliers :

Vous pouvez voir le programme complet d’Agile en Seine sur le site de l’événement et pour s’inscrire, c’est le bouton « S’inscrire » en haut à droite de la page de leur site.

Si avec tout ça je ne vous ai pas convaincu…

PS: Cette année, ça ne sera pas complet. Il y a 3000 places disponibles !

Annonce : Ce que l’on va garder de notre vie en confinement

« Ce que l’on va garder de notre vie en confinement » est le titre de la prochaine conférence que j’aurais l’honneur de présenter à Agile en Seine 2020, mercredi 30 septembre à 19h ! En raison de la situation exceptionnelle que nous vivons, cette conférence sera diffusée en direct sur Internet ! Inscrivez-vous à la conférence, venez nombreux, cette année, c’est moins cher !

Appel à contribution :
Dans le titre, il y a « notre ». Le but n’est pas de partager mon unique expérience mais de faire une synthèse la plus large possible du sujet, tout en restant proche de l’Agile. Je fais donc un appel à contribution. Si vous avez identifié une bonne pratique découverte en confinement et que vous souhaitez que je l’intègre dans ma présentation, contactez-moi par Email, par LinkedIn ou en commentaire sur mon blog. Je vous remercie pour votre aide. Plus vous serez nombreux, plus le contenu sera riche.

Voici le pitch :

Le confinement, nous l’avons tous subi, nous l’avons tous vécu. Rien n’a été préparé. Nous étions au pied du mur pour trouver des solutions rapidement pour que le business continue.

En tant qu’Agilistes, tout le monde est revenu vers nous en demande de recettes magiques. Mais nous n’avions rien. Notre crédo, c’est les individus et les interactions avant tout !

En nous creusant la tête, nous avons réussi à transposer en grande partie nos bonnes pratiques du réel dans ce monde de la distance. Et bizarrement, nous avons vu que certains aspects marchaient mieux qu’avant (ponctualité et efficacité des réunions), mais pas toujours dans un rythme soutenable. Nous avons même réussi des ateliers en grand nombre (brainstorm, PI planning…) moyennant une bonne discipline, des bons outils et un format différent. Cette discipline que nous avions du mal à avoir en présentiel et les bons outils que nous négligions jusqu’alors.

Maintenant que nous nous déconfinons, il serait dommage de reprendre nos travers du passé. Quelles sont les bonnes pratiques découvertes ou confirmées durant le confinement qu’il faut absolument garder dans notre nouvelle vie ?

Et le télétravail, ce n’est pas si mal. Nous avons rééquilibré notre temps vie pro-vie perso, pas toujours dans la facilité, mais souvent avec efficacité. Faut-il le garder, le généraliser ? L’entreprise de demain doit-elle être en full télétravail ? Est-ce réaliste ?

Tout savoir sur l’HDMI 1.4, 2.0, 2.1

Après le Bluetooth évoqué dans un précédent article, voici un article équivalent sur l’HDMI et ses différentes versions proposé par Clubic. A son tour, les normes HDMI n’auront plus de secret pour vous.

Je suis content de savoir que la dernière norme 2.1 me permettra d’avoir un écran d’une résolution de 10K. Pour l’instant, je n’en ai pas, je ne suis qu’à la 4K et je fais partie des rares qui utilisent déjà cette résolution (et c’est pourtant super agréable sur un grand écran).

Pour en savoir plus, lisez l’article de Clubic « HDMI 1.4, 2.0 ,2.1 : Tout comprendre aux normes et câbles HDMI« .

Tout savoir sur le Bluetooth 5

Le Bluetooth, c’est pour la musique ? Non ? Oui ! C’est bien ça ! Mais pas que. Ça sert à plein d’autres choses. Et justement, à l’occasion de la sortie de la nouvelle version de cette norme, je découvre qu’en fait, cela n’apporte aucune nouveauté pour la qualité audio. Alors, ça m’interpelle. Qu’est-ce qu’apporte cette nouvelle norme si ce n’est pas de l’audio ?

Heureusement, Clubic a pensé à moi (et donc à vous) en proposant son article « Bluetooth 5 : est-ce la révolution tant attendue ? » que je vous invite à découvrir dès maintenant.

Conférence « Agile pour le Hardware » le 2 décembre à Agile Tour Paris

Je suis heureux de vous annoncer que j’ai été retenu à Agile Tour Paris 2019, le 2 décembre 2019, pour présenter la conférence « Agile pour le Hardware ». Travaillant dans ce contexte depuis quelques années, je me propose de vous partager mon expérience mais également de vous faire un panorama de ce qui se dit sur ce sujet.

Voici le descriptif complet tel que je l’ai soumis :

Description

L’Agile a été conçu initialement pour le monde du logiciel. Et cela fonctionne bien! Mais qu’en est-il lorsque le développement à réaliser est à base de hardware. Cela fonctionne t’il toujours aussi bien ? Les temps de fabrication ne permettent pas de livrer un incrément de composant à chaque sprint. Les compétences nécessaires pour la réalisation sont plus étendues. Les équipes de réalisation sont généralement plus grosses. Cela veut-il dire qu’il est impossible de faire de l’Agile dans le monde du hardware ?

Dans cette présentation, je vous expliquerais les différences principales du développement dans ce contexte par rapport au logiciel. Je vous partagerais mes expériences dans les différentes ingénieries pour lesquelles j’ai pu travailler. Et surtout, je vous ferais une synthèse de ce qui se dit sur ce sujet à travers le monde. Certains industriels français se sont réunis pour y réfléchir afin de faciliter l’adoption des pratiques Agiles dans le monde industriel. Où en sont leurs réflexions ?

Structure

3 volets :

  • Les problématiques du hardware
  • Ce qui se dit à ce sujet sur Internet
  • Mes expériences dans les ingénieries

pour arriver à quelques repères structurants.

Apprentissage

  • Un état des lieux de ce qu’il existe avec tous les liens pour explorer pour les curieux.
  • Des éléments structurants principaux à appréhender en premier.

Audience ciblée

Toute personne qui se pose la question de l’Agilité lorsqu’il y a du hardware en jeu.

Orateur

Je suis coach Agile, expert de l’Entreprise Agile et de la transformation d’organisations.