Bienvenue à Windows 10

Difficile de passer à coté de la nouvelle de la sortie de Windows 10. Il faut dire que cela fait plusieurs mois que Microsoft en parle. Début juin, Marc Jalabert, le PDG de Microsoft France, nous mettait l’eau à la bouche. Son objectif ? Créer le buzz en facilitant les mises à jour à l’extrême afin que le maximum de gens migrent le plus vite possible vers cette nouvelle version. Microsoft souffre en effet d’un problème de fragmentation, c’est à dire que les utilisateurs de Windows sont uniformément répartis dans les différentes versions précédemment sorties, y compris Windows XP, la version sortie en 2001, qui reste encore l’une des plus utilisées. Pour inciter au maximum les gens à migrer, la mise à jour est gratuite si elle est faite dans les 365 prochains jours, mais uniquement pour les possesseurs d’une version officielle de Windows 7, Windows 8 ou Windows 8.1. En d’autres termes, les utilisateurs de Windows XP devront passer à la caisse : 125 Euros.

windows-10

Parmi les nouveautés, le nouveau menu Démarrer, un nouveau navigateur baptisé Edge pour remplacer Internet Explorer, Cortana le nouvel assistant vocal, la gestion de plusieurs bureaux et bien d’autres. Les premiers tests de cette nouvelle version fleurissent sur la toile. Vous pouvez notamment lire ceux de Clubic (16 pages), 01NetNextINpact ou LesNumériques.

Migrer autant d’utilisateurs est un vrai challenge car chacun doit télécharger la mise à jour qui fait 3 Go. Microsoft a réservé une capacité de 40 Tb/s pour propager ces mises à jour et a mis en place un système de pré-réservations pour lisser les installations dans le temps. Si vous n’arrivez pas à vous imaginer ce que cela représente, cela fait grosso-modo 40 fois la capacité totale de stockage de votre ordinateur téléchargées chaque seconde. Chose étonnante, le préchargement de la mise à jour a démarré avant le jour J. Ainsi, hier soir, la veille de la sortie officielle, elle était déjà chargée sur mon ordinateur. Ce n’est pas pour autant qu’aujourd’hui Microsoft me propose de la faire. Quand sera-t’elle déclenché ? Réponse en fin d’article sous forme de mise à jour. J’ai fait ma pré-réservation le premier jour où cela a été possible.

Si vous ne voulez pas attendre votre tour, vous pouvez télécharger l’ISO ou créer une clé USB bootable de Windows 10 comme c’est expliqué , ,  et .

Y a t’il un risque que cette mise à jour pose un problème ? Oui ! Définitivement ! Contrairement au Mac, le système Windows s’installe sur des configurations très diverses qui nécessitent des drivers qui doivent être fournis par les constructeurs d’ordinateurs, pas par Microsoft. Si le constructeur n’a pas fait son travail, il y a des risques que votre système ne fonctionne plus après la mise à jour. Une page d’explication est dédiée à ces problèmes de compatibilité matérielle.

Faut-il y aller ou pas ? Hormis les problèmes de compatibilité, voici 10 bonnes raisons d’y aller et 10 bonnes raisons de ne pas y aller. Vous en pensez quoi ?

Je n’ai vu qu’un seul article qui parlait des paramètres de protection de la vie privée durant l’installation et, bien qu’on ait appris que ceux qui auront la version familiale auront les mises à jour du systèmes réalisées automatiquement sans possibilité de le paramétrer, un seul article a parlé d’un possibilité pour le débrayer.

Certains se posent encore la question sur l’absence d’une version 9 entre la version 8 et la version 10. J’avais apporté la réponse dans cet article daté d’octobre 2014 : « Le nouvel OS de Microsoft s’appellera Windows 10.0« .

Bonne installation !

Mise à jour autorisée le 30/07/2015

J’ai enfin reçu le message pour installer Windows 10 vers 2h du matin. J’ai donc accepté l’installation.

installation-windows-10

Voici mes premières impressions :

L’installation ne s’est pas passée toute seule. La plupart du temps, je suis resté sur un écran noir. J’ai laissé malgré tout tourner, l’installation semblait continuer à se faire. Mais au lever, j’ai du forcer le redémarrage de l’ordinateur pour finaliser l’installation qui s’est terminée normalement. Le nouveau système est agréable visuellement.

Le nouveau navigateur Edge a l’air d’être réactif. Il donne envie d’être plus utilisé. A creuser.

Le navigateur par défaut a été changé contre mon avis. Lorsque je démarre Chrome, il me propose de rétablir la situation… si ce n’est que cette opération n’est pas enregistrée puisqu’il me le redemande à chaque lancement. Bug ou volonté de nuire ?

J’ai bien récupéré mes icônes dans le nouveau menu démarrer, mais les groupes que j’avais créés ont été supprimés. Tous les icônes ont été regroupés dans le même groupe sans nom et deux groupes ont automatiquement été créés et mis en avant avec les applications poussées par Microsoft. Dommage.

Le nouveau menu démarrer occupe comme annoncé une petite partie de l’écran. Il n’y a pas de paramètre pour changer de menu démarrer. Il n’existe qu’un seul paramètre pour activer le mode « tablette », mais cela n’impacte pas que le menu démarrer. C’est toute l’interface qui est changée, à l’instar du mode Moderne UI qui existait dans Windows 8. Dommage.

Surface Hub, un écran 84 pouces tactile 4K sous Windows 10

Le 21 janvier 2015, Microsoft a fait une conférence sur les nouveautés attendues du nouveau Windows 10 à paraître d’ici la fin de l’année. Je n’ai pas eu le temps de faire un article à l’époque, mais de toutes les nouveautés annoncées, c’est Surface Hub qui m’a le plus marqué. En effet, en sortant un écran tactile de 84 pouces, soit 2,13 mètres de diagonale, avec une résolution de 4K, Surface Hub va permettre de révolutionner le concept de tableau blanc au bureau avec tous les débouchés que l’on peut imaginer. Par exemple, un Kanban entièrement en ligne. On ne connait pas encore le prix, mais cela ouvre de nombreuses perspectives.

Pour en savoir plus sur Surface Hub, lisez l’article de 01Net, « Surface Hub : un écran 84 pouces tactile sous Windows 10 » et « Microsoft veut réveiller les réunions de travail » avec une vidéo de démonstration et si vous voulez savoir toutes les autres nouveautés qui ont été annoncées lors de cette journée exceptionnelle, lisez les commentaires minute par minute de cette présentation ou, si vous préférez, la liste des articles de 01Net consacrés à Windows 10 et en particulier les articles sur l’assistant vocal Cortana qui arrive sur PC, le projet Spartan qui remplacera le navigateur Internet Explorer, la version smartphone de Windows 10, les conditions de gratuité pour la mise à jour vers Windows 10 ou le très surprenant casque holographique Hololens.

Fin 2014, où en est-on avec George Orwell ?

Ma première analyse d’expert date du 6 septembre 2010 et parle d’Eric Schmidt, le directeur de Google, qui s’imaginait être le fils spirituel de George Orwell. George Orwell est cet écrivain anglais qui a dépeint en 1948 le monde futuriste de 1984 (inversion des deux derniers chiffres), un monde où tout est contrôlé par la police de la pensée qui traque ceux qui sont déviants de la pensée unique imposée par le pouvoir et les vaporise, une jolie façon de dire les supprime. Evidemment, personne ne veut de ce monde qui laissait à penser à l’époque ce que pourraient devenir les pays soviétiques. C’était la guerre froide.

1984, c’était il y a 30 ans. 1948, c’était il y a presque 70 ans. Qu’en est-il aujourd’hui de ce monde dirigé par la police de la pensée unique ? Ce n’est clairement pas le monde soviétique qui fait maintenant partie des gentils. Et pourtant, les prédictions de George Orwell n’ont jamais été aussi d’actualité et la police de la pensée unique vient de notre monde occidental à nous. Nous avons créé ce monstre. Nous vivons en plein dedans. Analyse. Très longue analyse…

Lire la suite

Firefox fête ses 10 ans, bon anniversaire !

Firefox, le navigateur issu de la communauté Mozilla, né des cendres de Netscape fête aujourd’hui ses 10 ans. A l’époque, en 2004, Internet Explorer était l’unique navigateur pour aller sur Internet. Et franchement, c’était pas folichon. Aujourd’hui, Mozilla partage peu ou prou le tiers du marché avec Chrome, arrivé entre temps, et Internet Explorer qui s’est, il faut le reconnaître, modernisé.

Pour fêter ces 10 ans, 01Net a concocté un article sur mesure que je vous invite à lire, Comment Firefox a changé notre façon de naviguer… et continue de le faire ainsi que celui de Nextinpact, Phoenix, Firebird puis Firefox : les dix ans du navigateur de Mozilla.

 

Le web a 25 ans, bon anniversaire !

Le World Wide Web fête aujourd’hui ses 25 ans. C’est en effet le 12 mars 1989 que Tim Berners Lee a fait lire à son chef, Mike Sendall, la spécification d’un projet qui est ensuite devenu le World Wide Web. L’année suivante, le 20 décembre 1990, le premier site Web est né, accessible initialement uniquement sur le réseau du cern, aujourd’hui toujours accessible à la même adresse : info.cern.ch. Il faudra attendre le 6 août 1991 pour que ce projet soit rendu public et que le site soit accessible à tous, c’est à dire presque personne car Internet ne représentait pas encore grand chose à cette époque. Internet a connu son essor avec l’arrivée de NCSA Mosaic, le premier navigateur Web, publié le 15 mars 1993, puis Netscape Navigator en 1994 et Internet explorer le 16 août 1995. Le premier moteur de recherche, Yahoo est né en janvier 1994. Le premier site marchand, Amazon, en juillet 1995. Mon premier site Web, amfr.com, aujourd’hui disparu, en février 1997, il y a 17 ans déjà. Ce n’est que bien plus tard, le 4 septembre 1998, que Google est né. Le reste de l’histoire d’Internet s’est fait le siècle suivant.

Pour allez plus loin, lisez l’histoire d’Internet publiée par 01Net et la proposition de Tim Berners Lee qui souhaiterait protéger Internet en créant une constitution, un article de Clubic commenté également sur PcINpact sous la dénomination de charte de l’Internet.

La puissance des mises à jour automatiques et silencieuses

Vous savez bien que je suis un fervent défenseur des mises à jour automatiques et silencieuses plutôt que de solliciter l’accord de l’utilisateur. La plupart des utilisateurs sont en effet bien incapables de maîtriser le concept de l’opportunité ou pas de faire des mises à jour de leurs logiciels. Je m’étais déjà étalé sur le sujet en juillet 2012 dans  Les utilisateurs ne comprennent pas les mises à jour logicielles, en juin 2012 dans  Un site marchand crée une taxe pour les utilisateurs d’Internet Explorer 7, en décembre 2011 dans Internet Explorer se mettra à jour automatiquement dès janvier et en juin 2011 dans  Les mises à jour logicielles : automatiques ou pas ?

Clubic diffuse une mise à jour des navigateurs Internet utilisés dans le monde. Le bilan est éloquent. Analyse.

Lire la suite

Chrome devient le navigateur le plus utilisé en Europe

C’était inexorable, nous y voila. Chrome a enfin dépassé Internet Explorer en Europe. Une page se tourne. Les challengers restent Firefox et Safari.

Dans le même temps, Internet Explorer 6, le boulet de Microsoft, vient de passer sous la barre des 5% à travers le monde. Je me demande bien ce qu’ils peuvent encore voir avec ce navigateur. Il y a de moins en moins de sites compatibles avec cette version.

Pour en savoir plus, lisez l’article de 01Net sur cette nouvelle statistique et celui de PcINpact concernant Internet Explorer 6.

Jquery 2.0 ne supporte plus Internet Explorer 6, 7 et 8

Nouveau coup de tonnerre. C’est au tour de Jquery, le framework de développement JavaScript le plus connu, de ne plus supporter les vieilles versions d’Internet Explorer. Veilles ? Pas tant que ça. Rappelons que la version 8 est la dernière supportée sur Windows XP, un système totalement dépassé mais qui reste utilisé par 30% des habitués d’Internet Explorer. Jquery rejoint les nombreux acteurs qui, comme Microsoft, veulent mettre fin aux logiciels obsolètes. Rappelons que Windows XP ne sera plus maintenu par Microsoft dans moins d’un an. Ceux qui n’auront toujours pas migré seront livrés aux virus et autres chevaux de Troie qui ne manqueront pas de pulluler.

En tout cas, pour Jquery, ce non support entraîne une cure d’amaigrissement de 15%. Il est vrai qu’il fallait jouer d’ingéniosité pour essayer de proposer des comportements compatibles avec ces navigateurs incompatibles avec le reste du marché. Bien entendu, moi qui milite pour forcer le plus souvent possible les mises à jour, je ne peux qu’être content d’une telle nouvelle. Les réfractaires pourront toujours utiliser la version 1.9 de Jquery. Il va même sortir prochainement une version 1.10.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact.

Après Webkit et Gecko, deux nouveaux moteurs de rendu Web font leur apparition

Le monde des moteurs de rendu Web est en pleine mutation. Cet élément, peu connu du grand public, est fondamental car ce sont ces moteurs qui permettent d’afficher les pages Web sur les navigateurs que nous utilisons tous les jours.

Jusqu’alors, le marché était divisé en quatre parts inégales :

  • Le moteur propriétaire de Microsoft qui anime les différentes versions d’Internet Explorer,
  • Le moteur Webkit utilisé par Chrome et Safari mais également la quasi totalité des navigateurs sur smartphones et tablettes,
  • Le moteur Gecko de la fondation Mozilla présent dans Firefox,
  • Le moteur Presto, propriétaire d’Opera et présent dans le navigateur eponyme.

En début d’année, Opera a jeté l’éponge et a annoncé abandonner ses développements internes pour se rallier au moteur Webkit.

Aujourd’hui, nous apprenons coup sur coup deux nouvelles.

Google a décidé de réaliser un fork de Webkit (c’est à dire créer un nouveau moteur indépendant en partant de la dernière version de Webkit) baptisé Blink. La raison invoquée est que l’actuelle version de Webkit ne permet pas d’insérer facilement les innovations que crèe tous les jours Google. Opera a annoncé se rallier immédiatement à Blink. Blink risque donc de devenir rapidement la nouvelle référence du Web au détriment de Webkit.

Enfin Mozilla a annoncé un partenariat avec Samsung pour le développement de son nouveau moteur Servo dont les travaux ont commencé il y a deux ans. Ce moteur est développé à l’aide d’un nouveau langage, Rust, en remplacement de C++. Il permet, selon Mozilla, de mieux paralleliser les opérations. Il devrait à terme remplacer Gecko.

Le monde des moteurs de rendu devrait donc rapidement ressembler à cela :

  • Internet Explorer de Microsoft toujours fidèle au poste et indépendant, même s’il y a eu des rumeurs de changement en début d’année,
  • Blink, la nouvelle référence du Web, porté par Google qui avait déjà révolutionné le Javascript avec le moteur V8,
  • Servo, le remplaçant de Gecko, piloté par Mozilla et sponsorisé par Samsung,
  • Webkit, qui survivra peut-être et qui a notamment le soutien d’Apple.

Pour en savoir plus, lisez les deux articles de Clubic, sur l’annonce de Blink par Google et l’annonce du partenariat Samsung – Mozilla pour Servo ou les articles équivalents de 01Net, respectivement Blink et Servo. L’article de PcINpact est intéressant car il traite plus en détail des conséquences de la décision de Google de passer à Blink.

Rencontre avec Jeff Sutherland, le fondateur de Scrum

À l’occasion de la première rencontre organisée lundi 3 décembre 2012 par l’association Agile .Net dans les locaux de Microsoft, j’ai eu la chance de rencontrer pour la première fois Jeff Sutherland, le fondateur de la méthodologie Scrum. L’occasion pour lui de faire le point sur la situation de Scrum dans le monde et plus particulièrement aux États-Unis. Qu’a-t-il dit ? Compte-rendu.

Lire la suite