Eric Schmidt (Google) : le fils spirituel de George Orwell (1984)

George Orwell : 1984

George Orwell est un écrivain anglais du début du 20e siècle rendu célèbre par son roman de science-fiction 1984 écrit en 1948 (il a inversé les deux derniers chiffres) qui décrit un monde surveillé par Big Brother dont le slogan est « Big Brother vous regarde ». Dans ce monde, des caméras contrôlent tous les faits et gestes de la population. Les réunions de groupe sont interdites. Le ministère de la pensée est chargé de contrôler ceux que l’on appelle les déviants et qui ne se plient pas à la pensée unique imposée par le gouvernement.

Pour canaliser cette pensée unique, une nouvelle langue a été créée, le « novlang ». Dans cette langue, tout le vocabulaire qui permettrait de dévier de cette pensée unique est supprimé, notamment les mots « vacances » ou « fête ». Les subtilités comme « bon », « excellent » et « merveilleux » sont remplacées par « bon », « plus bon » et « double plus bon ».

La presse est contrôlée. S’il est annoncé un événement à venir impliquant le gouvernement et qui ne s’est pas produit comme prévu, l’article en question est modifié a posteriori dans les archives. Toute personne qui semble dévier de cette pensée unique ou s’insurge contre ce système est identifiée par la police de la pensée, isolée puis vaporisée, un mot plus noble que liquidée.

Ce livre a marqué à son époque les esprits car il dépeint un monde dont personne ne veut. Des organismes comme la CNIL (Commission nationale Informatique et Libertés) ont été créés pour éviter ce type de débordements. Et pourtant, ce livre n’a jamais été autant d’actualité.

De 1984 à aujourd’hui

En 1984, Apple réalise une publicité mémorable qui reprend l’univers de George Orwell avec comme slogan : « Le 24 janvier, Apple introduira MacIntosh. Et vous verrez pourquoi 1984 ne sera pas comme 1984 ». A cette époque, le monde était dominé par IBM, la société à abattre. Vingt-cinq ans après, IBM ne domine plus le marché mais Apple commence à être critiquée par sa politique de contrôle d’applications pour iPhone et iPad sur l’iTunes store. Si une application ne plaît pas à Apple, elle est refusée, parfois sans raison valable. Certains sujets sont interdits (le sexe et probablement d’autres) et les logiciels des sociétés directement concurrentes sont refusés : le moteur Flash d’Adobe qui pourrait limiter l’utilisation de l’environnement de développement payant d’Apple, les publicités en ligne de Google qui pourraient concurrencer le système iAd d’Apple, etc. Le défenseur historique contre la pensée unique est devenu son principal promoteur.

Après IBM, c’est Microsoft qui est devenu le nouveau Big Brother en réussissant à imposer son système d’exploitation Windows qui a été déployé jusqu’à 95% du parc informatique mondial. Il a réussi ensuite à imposer Internet Explorer, causant la perte de Netscape. Devenu le seul navigateur Internet du marché, la concurrence étant infime, les sites Internet n’ont pas pu évoluer de 2001 à 2006 car le navigateur hégémonique, Internet Explorer 6, n’évoluait plus. L’arrivée de Firefox, Safari puis de Chrome a permis de relancer la machine de l’évolution. Internet Explorer, autrefois leader, a maintenant moins de 50% de parts de marché et les sites Internet innovent de nouveau, notamment grâce à la guerre des performances des moteurs JavaScript et l’arrivée de l’HTML5. Aujourd’hui, Microsoft tente de survivre et ne fait plus du tout penser à un Big Brother.

Big Brother est brièvement passé par la télévision. On enferme une quinzaine de personnes coupées du monde dans un appartement tout confort bourré de caméras et on diffuse 24h/24 leurs faits et gestes à la télévision. Bien que mondialement réputé, ce n’est qu’un jeu sans enjeu. Rien à voir avec ce que l’on a vu et ce qui reste à venir.

L’arrivée de Google

En 1998, Larry Page et Sergey Brin fondent la société Google avec un nouveau concept de moteur de recherche. A cette époque, Internet n’en est encore qu’à ses débuts et les deux seuls moteurs de recherche existants étaient Altavista et Yahoo. A l’aide d’un algorithme plus efficace, ce moteur est rapidement devenu le plus utilisé au monde et sa popularité est telle que le verbe « googler » est utilisé quotidiennement par les Américains, beaucoup moins en France. La politique de la société est de faire travailler quatre jours ses employés pour le projet qui leur est assigné, le cinquième jour étant libre pour développer ce qu’ils souhaitent. Les idées les plus intéressantes sont ensuite reprises dans de nouveaux projets. Ceci a permis la création de Gmail, Maps, Documents et bien d’autres logiciels. Aujourd’hui, Google est présent presque partout. Son moteur de recherche qui sert d’indicateur de référence a aujourd’hui une part de marché mondiale supérieure à deux tiers.

Les prédictions d’Eric Schmidt

Eric Schmidt est devenu PDG de Google en 2001 et il n’est pas étranger à cette success story, loin s’en faut. Non content d’être leader dans toujours plus de domaines (Youtube pour la vidéo, Picasa pour la photo, Ads pour la publicité…), il annonce dans le Wall Street Journal paru le 13 août 2010 (1) qu’on n’en est qu’au début. Ses propos font froid dans le dos et nous font penser à un Big Brother puissance dix. Et à y réfléchir, il n’a pas tort du tout car le rouleau compresseur Google montre déjà ses effets et il est bien difficile aujourd’hui de se passer de ses services.

Il prédit que le principe d’utiliser un moteur de recherche tel qu’on le connait aujourd’hui va devenir obsolète. En enregistrant tous vos surfs sur le net, Google sait qui vous êtes, ce qui est important pour vous et qui sont vos amis. Il vous dira alors quoi faire avant même que vous n’ayez l’idée de le faire. Pas convaincu ? C’est ce que font déjà les publicités ciblées dans Gmail avec lequel tous vos mails, agendas et amis sont enregistrés. Google est immédiatement informé de chaque site et chaque page que vous visitez grâce à la technologie marketing Analytics qui permet aux entreprises d’avoir des statistiques qualifiées de l’utilisation de leur site. Il existe d’ailleurs un plugin sur Firefox qui vous alerte à chaque fois que vous envoyez une information à Google. C’est édifiant ! Quant à retracer votre vie, on se souviendra d’un article publié en début d’année qui décrivait en détails la vie entière d’une personne basée uniquement sur les informations qu’elle a publiées sur le net, détails qui sont donc accessibles via Google. Le site 123People est également bien positionné dans ce domaine.

Si l’on rajoute le nouveau service de géolocalisation, les possibilités deviennent infinies. Vous avez besoin de lait ? Au moment où vous passez à proximité d’un magasin ouvert qui en vend, Google vous rappellera d’en acheter. Vous avez récemment lu un livre ? Google vous dira que l’une des scènes se déroulait là où vous êtes en ce moment même, ou que vous êtes devant un magasin vendant des produits dérivés de ce livre.

En somme, Google pensera à votre place et vous dira quoi faire et à quel moment le faire. Rechercher quelque chose deviendra un acte inutile.

Il ne manque pas de rajouter : “Je ne crois pas que la société comprenne ce qui arrive quand tout est disponible, connaissable et enregistré par tout le monde, tout le temps. Le monde n’est pas prêt pour la révolution technologique qui s’annonce“. Selon lui, “les jeunes devront changer leur nom arrivés à l’âge adulte afin de renier les trop bons moments enregistrés sur les sites de médias sociaux de leurs amis”.

Eric Schmidt n’est-il pas le fils spirituel de George Orwell ? Au moins, ses intentions sont claires… et la CNIL est bien impuissante face à tout ça.

Et après ?

Êtes-vous prêts à abandonner les services de Google ? Si vous avez 10 ans d’historique de mails dans Gmail, des milliers de photos dans Picasa, vos documents textes, tableurs et présentation sur Documents au lieu de Office et l’habitude d’utiliser le moteur de recherche qui vous dit à chaque instant quoi faire, Maps, la recherche d’itinéraires, Android et bien d’autres services, cela risque de vous freiner…

L’homme contrôlé cherchera toujours un moyen de se rebeller, même si cela prend des années. Qui pourra le libérer de Google ? A part une société encore plus puissante et qui aura encore plus de mainmise sur votre vie, je ne vois pas qui…

Franck Beulé
Chef de projet Agile, expert des technologies de l’Internet et en ergonomie du Web

(1) Wall Street Journal – Google and the search for the future by Holman W. Jenkins Jr.

  1. Alonso le 06.09.10 à 00:58

    Nous sommes très bientôt en 2013, tout cela se confirme. En tant qu’expert pouvez-vous nous aider à utiliser Internet librement ?

Ajoutez un commentaire