A LA UNE : L’entreprise Agile à Agile Tour

Je serais orateur à Agile Tour Paris le 17 novembre 2016 ainsi qu’à Agile Tour Aix Marseille le 1er décembre 2016 et Agile Tour Sophia Antipolis le 6 décembre 2016.

agile-tour-paris-2016

Ma conférence : « Qu’est-ce que l’entreprise Agile ? » (résumé derrière le lien)

Durant cette conférence, je vous révélerais mes projets pour 2017. Venez nombreux ! Il reste encore des places disponibles sur Event Brite pour Paris à 55 Euros, pour Aix-Marseille et pour Sophia Antipolis où c’est gratuit.

Mon entreprise, Thales, est sponsor de 7 événements : Agile Tour ParisRennes, Nantes, Aix/Marseille, Sophia Antipolis, Agile Grenoble, Agile Cambridge.

Internet est dorénavant plus consommé sur smartphone que sur ordinateur

Une grande page de l’Internet se tourne. Google avait justifié la naissance d’Android par le fait que le premier milliard d’Internautes avait été conquis avec l’ordinateur et que le second milliard le serait avec le smartphone. Non seulement aujourd’hui on est à plus de trois milliards d’utilisateurs, mais le nombre d’Internautes est devenu le mois dernier plus important sur smartphones que sur ordinateurs. Et cette tendance va continuer puisqu’on prévoit que pour 2017, les connexions sur smartphones représenteront les trois quart de toutes les connexions.

stat-conso-internet

Et dire qu’il existe encore aujourd’hui de nombreux sites qui n’ont toujours pas fait leur adaptation sur smartphones (responsive design ou autre). Il ne faudra pas qu’ils se plaignent que leurs utilisateurs se détournent d’eux. Et dire que Microsoft, hégémonique en son temps sur ordinateur avec son système d’exploitation Windows, a raté son virage vers le smartphone. Pendant ce temps-là, Google, qui lui  a réussi son virage vers le smartphone, s’est attaqué au marché de l’ordinateur avec Chrome OS qui pourrait fusionner avec Android, nom de code Andromeda, et le nouveau système encore secret baptisé Fuschsia. Le monde évolue très vite.

PS : avez-vous remarqué que ces derniers temps mes articles font référence à plusieurs choses bien différentes ? N’ayant plus le temps de faire un article pour chacune d’entre elles, je suis contraint de faire ainsi et je trouve ça finalement pas mal parce que le lien réalisé apporte une richesse supplémentaire.

La météo de France Info se lance dans les effets spéciaux

Avant, c’était Canal Plus qui innovait. On se souvient des différentes Miss Météo qui faisaient le show chaque jour et des émissions si drôles qu’on les regardait régulièrement. Mais ça, c’était avant. L’originalité est à chercher ailleurs. Et elle vient de là où l’on ne s’imaginait pas : France Info.

La nouvelle chaîne d’infos du groupe France Télévision, arrivée quatrième dans ce secteur déjà bien chargé, essaye d’innover pour se démarquer. L’habillage de la chaîne est bien léché. C’est la seule chaîne qui met en avant un écran tactile 84 pouces pour ses présentations. Le rappel d’infos toutes les dix minutes, très saoulant, va disparaître, un ajustement nécessaire. Et la météo essaye de faire dans l’original.

france-info

Après avoir commencé par des Gif animées, très appréciées, voici maintenant l’heure des effets spéciaux. Amusant !

Pendant ce temps-là, le groupe Canal Plus s’enfonce dans la médiocrité. Après avoir supprimé toutes les émissions phares de la chaîne, les Guignols (aujourd’hui, c’est autre chose), le Zapping, le petit journal, …, le temps est aujourd’hui à la polémique. L’humour raté de la nouvelle Miss Météo de Canal Plus considéré comme insultant par les invités au points de refuser dorénavant tout interview en France, les nombreux dérapages de Touche pas à mon poste sur C8 qui commencent à faire réagir le CSA, dont le dernier, ignoble, qui fait porter le chapeau à un chroniqueur d’un homicide dont il n’est pour rien et pour lequel l’animateur ne ressent pas une once du culpabilité, où la grève à iTélé qui en est à sa quatrième semaine parce que les journalistes refusent de laisser à l’antenne un pédophile imposé par le grand patron. Là encore, le CSA se saisit du sujet et le gouvernement commence à se réveiller, après quatre semaines de grève quand même, la plus longue pour une chaîne privée.  Il ne faut pas s’étonner que les chaines du groupe Canal Plus soient progressivement abandonnées par les abonnés écœurés, moi le premier. Et pourtant, j’ai travaillé pour eux pendant douze ans et j’ai été très fier à l’époque. Une page se tourne.

Les écrans tactiles 84″ 4K pour salles de réunion ou openspaces

En Agile, on favorise le management visuel ou radiateur d’informations, parce que, lorsque les informations importantes relatives à l’avancement du projet sont affichées au mur, on est sûr qu’elles sont partagées par tous. Alors que dans un outil informatique, quel qu’il soit, seuls ceux qui feront l’effort de s’y connecter auront connaissance de l’information. Cela casse l’interactivité.

C’est pour cela qu’en Agile, on utilise massivement les Post-it. Les Post-it permettent de rendre visible une information éphémère, la voir évoluer en déplaçant le Post-it, puis disparaître dès qu’elle est obsolète.

Régulièrement, on me questionne sur l’utilisation des Post-it au lieu d’un bon outil informatique. Prenez Jira, l’un des outils Agile les plus courant pour gérer son backlog projet. Lorsque vous allez dans la vue de travail, vous vous rendez compte qu’il faut rapidement scroller pour accéder à toutes les informations de l’itération en cours. L’outil informatique n’est décidément pas adapté.

microsoft-surface-hub

Mais la technologie évolue. Début 2015, je vous parlais de Microsoft qui annonçait son Surface Hub, un écran tactile 4K de 84 pouces. Il est présenté là sur le site de Microsoft. La bête est vendue quand même à 25 199 €, un prix exorbitant. Certes, pour le prix, le PC est fourni avec, mais quand même.

Heureusement, il y a bien moins cher ailleurs !

speechi-ecran-tactile-interactif

Prenez par exemple Speechi (dont je n’avais jamais entendu parler avant). Ils proposent le SpeechiTouch 84 pouces 4K sous Android pour 6828 € ou le CleverTouch 84 pouces 4K aussi sous Android pour 7428 €. Ce second modèle offre en plus une suite logicielle adaptée.

viewsonic-cde8452t

Chez Viewsonic, le 84 pouces 4K tactile a pour référence CDE8452T et vous pouvez l’acheter pour 10493 €.

connect-stream

Chez Connect Stream, c’est 8100 Euros.

philips-75bdl3010t

Un peu plus petit puisqu’on est à 75 pouces, l’écran Philips 75BDL3010T est à 6624 €.

google-jamboard

Google vient de se positionner sur ce marché avec le Jamboard. Il sera vendu moins de 6000 dollars et sera disponible dans le courant de l’année 2017 mais sa taille d’écran ne sera que de 55 pouces.

On n’est pas encore dans un marché de masse, mais il existe des offres intéressantes à étudier. Je me suis limité aux plus grandes tailles, mais bien évidemment, il existe des formats plus petits. Attention, en Full HD, la quantité d’éléments que l’on peut voir simultanément est divisée par quatre. Je vous conseille donc de rester dans des résolutions 4K.

L’écran ne suffit pas. Il faut aussi des applications adaptées. J’ai beau utiliser Jira régulièrement, ce logiciel n’est pas adapté pour un usage optimal sur ce type d’écrans. Il y a certainement beaucoup à inventer dans le domaine. J’ai d’ailleurs un paquet d’idées sur le sujet.

Si vous avez des expériences réussies de management visuel numérique, faites-m’en part.

La fin des Post-it approche t’il ?

Surface Studio, une tablette tactile de travail de 28″

Il est loin derrière nous le temps où Steve Jobs nous faisait rêver avec Apple en inventant de nouveaux produits qu’on n’avait jamais vu avant. Maintenant, on n’a le droit qu’à des mises à jour de modèles existants avec de moins en moins de fonctionnalités : plus de prise jack, disparition de la prise Magsafe, plus de port Ethernet, quasiment plus de connecteurs USB…

surface-studio

C’est avec Microsoft que l’innovation arrive et aujourd’hui, c’est l’annonce du Surface Studio qui interpelle : une tablette tactile de 28 pouces dédiée au travail, notamment pour les graphistes. Certes, elle ne conviendra pas à tous. Certes, ce n’est pas une tablette portable, mais à cette taille, l’auriez-vous fait ? Mais enfin, on commence à avoir des écrans tactiles qui dépassent les 12 ou 13 pouces, et des applications qui commencent à réfléchir sur l’ergonomie.

Parce-que oui, au-delà d’un nouveau matériel, c’est l’ergonomie des applications qui va être revue. Les applications pour ordinateurs standard ont souvent la fâcheuse tendance à oublier ce qu’est l’ergonomie, c’est à dire avoir des applications tellement facile à utiliser que même votre grand-mère en est capable. L’arrivée des écrans tactiles a forcé les concepteurs d’applications à réfléchir en termes d’ergonomie et c’est ce que l’on attendait depuis longtemps.

La première génération d’applications pour tablettes tactiles ne proposait qu’une infime partie des fonctionnalités de leur équivalent desktop. Elles étaient inutiles car trop limitées, voire caricaturales. Les choses sont en train de changer et l’application desktop est de moins en moins la norme. Et c’est une bonne chose !

En attendant, je vous invite à rêver de ce petit bijou qu’est le Surface Studio de Microsoft et imaginer comment vous pourriez l’utiliser. Pour rêver, regardez le dossier complet de Minimachines. Avant de vous laisser partir visiter ce lien, je vais casser l’ambiance en vous donnant son prix : entre 3000$ et 4200$.

Discussions sur ma conférence sur le contrat Agile à Pau

Le 11 octobre a eu lieu un meetup à Pau sur le thème : Discussion sur « Le contrat Agile ce n’est pas si simple que ça » de Franck Beulé. J’ai été averti la veille par un de mes amis, Philippe, que je remercie, mais c’était trop tard pour que je me joigne à l’événement. Cela m’aurait bien plu. En tout cas, je suis content que des personnes se saisissent du sujet car la notion de contrat a globalement été éludée par la majorité des Agilistes. Et pourtant, c’est la troisième valeur du manifeste Agile qui en compte quatre, c’est pour dire son importance, même si, je le concède, c’est dans la partie droite, mais la partie droite reste importante.

Voici la facilitation graphique qui a eu lieu durant l’événement :

contrat-agile-petit

Accès à la version haute résolution de l’image.

Elle a été réalisée par Denis Benoist, l’organisateur de l’événement, qui m’a également fait part du contexte de son organisation :

Un peu de feedback à propos du « klub Pau » consacré à ta conférence sur « le contrat agile, ce n’est pas si simple… « 

Avant tout, qui sommes nous ? Le noyau dur du « klub » travaille chez Ae&t. Une PME familiale de 30 personnes qui a un bureau d’études de 5 personnes. Nous vendons des solutions d’alertes à la population pour des sites à risques.

Pour faire simple, nous avons été formés à scrum en janvier 2014 par Claude Aubry. Puis le marketing est passé à scrum en septembre 2014. Et badaboum en mars 2015 : entreprise libérée. Le but du « klub » est de se former, de garder une ouverture d’esprit et de s’ouvrir sur l’extérieur. Les thèmes tournent autour de l’agilité et de l’entreprise libérée. Nous alternons entre un livre et une conférence. klubpau.scalingo.io

Le but était de découvrir le contrat agile. Notre connaissance était proche du « niveau de la mer » 🙂 Nous voulions savoir : l’histoire du contrat, comment il fonctionne et ces quelques limites.

Mission réussie et merci beaucoup, car ta conférence a répondu à nos attentes. C’était clair et précis. J’ai pris plaisir à faire le dessin. Est-ce que nous utiliserons le contrat agile ? Pour le moment, je doute… Nous ne faisons pas appel à la sous traitance… et nous vendons des produits finis. Un jour peut être… Merci pour l’article.

Amicalement, Denis

Merci à Denis pour cette initiative et ce feedback. Si d’autres personnes veulent organiser des débats du même type, n’hésitez pas à le faire et à me contacter.

L’existence d’Internet est menacée

J’utilise Internet depuis plus de 20 ans. Les moins de 20 ans ont toujours connu Internet. Ce service est devenu indispensable pour tout le monde. Il est au cœur de l’économie mondiale. Et si on imaginait un instant qu’Internet pourrait disparaître ?

internet-attaque

Ce n’est pas tant que cela de la science fiction. Cela risque même d’arriver à court terme. Internet est un tel enjeu stratégique qu’il devient un lieu de guerre entre états et organisations terroristes. La guerre sur Internet est beaucoup plus facile et moins chère que dans le vrai monde. L’arme du crime ? Les internautes… à l’insu de leur plein gré… ou plutôt en profitant de leur crédulité.

Qu’est-ce qui vous ennuie le plus sur Internet à part les publicités ? J’imagine que c’est saisir votre mot de passe. Alors vous avez un mot de passe facile à taper… et donc à pirater. Lorsque vous vous connectez à différents sites, vous utilisez le même compte et le même mot de passe. Ainsi, quand un site se fait pirater tous ses mots de passe (LinkedIn ou Yahoo pour ne citer qu’eux mais il y a maintenant une annonce de ce type tous les mois), non seulement les pirates peuvent accéder à votre compte, mais aussi à tous vos autres sites et accéder facilement à vos ressources critiques : votre ordinateur, votre carte bancaire…

Aujourd’hui, il y a encore plus simple : les objets connectés. Des appareils qui n’ont pas besoin d’être sécurisés, du moins c’est ce que l’on pense. Il est vrai qu’il n’y a rien de secret à rendre public les images de la caméra de surveillance connectée que vous avez acheté pour surveiller votre domicile. C’est encore moins secret pour une ampoule connectée ou un thermostat connecté. Et comme on veut toujours acheter le moins cher possible, les éditeurs ont fait l’impasse sur la sécurité : pas de mot de passe ou mot de passe par défaut non modifiable ou, si l’on a de la chance, modifiable mais qu’on ne change pas. Commit Strip a d’ailleurs fait récemment une bande dessinée humoristique sur le sujet.

Il existe aujourd’hui 6 milliards d’objets connectés dans le monde, tous piratables aisément. Il y en aura 20 milliards en 2020. Et les pirates ne s’en privent pas. C’est ainsi qu’on bat records sur records dans l’ampleur des attaques de type DDoS, ou Déni de Service Distribué. Le principe : les ordinateurs piratés se connectent tous en même temps sur le même serveur qui s’écroule et ne peut plus servir les autres utilisateurs. Récemment, OVH a subi une attaque de 1 Tb/s, le dernier record connu. OVH est l’un des cinq plus gros hébergeurs de sites Internet au monde et le premier Français. Il héberge notamment ce blog.

Vendredi, un nouveau type d’attaque a eu lieu. Plutôt que d’attaquer les serveurs Web, mieux vaut attaquer les serveurs DNS, les serveurs chargés de transformer les adresses sous forme de texte que l’on saisit en adresse IP pour accéder au site voulu. C’est ainsi que l’un des plus connus, Dyn, a été attaqué. Les serveurs DNS doivent être appelés pour connaitre l’adresse du site où l’on veut aller. Alors si le serveur DNS est bloqué, impossible d’aller sur les sites. Et comme les requêtes DNS sont petites, les serveurs DNS référencent des milliers (millions ?) de sites Internet. En bloquant un seul serveur, on peut ainsi bloquer l’accès à des millions de sites simultanément. Ce risque de vulnérabilité des serveurs DNS est connu depuis bien longtemps. C’est le maillon faible d’Internet.

Pour l’instant, les attaques ont lieu pendant une durée limitée, tout au plus une demi-journée. Imaginez maintenant que ces attaques deviennent permanentes et distribuées simultanément sur tous les serveurs DNS du monde ? A ce moment là, ce sera Internet dans son ensemble qui n’existera plus. Techniquement, on n’en est pas loin.

Pour en savoir plus, lisez l’article de 20 minutes : « Comment une armée d’objets connectés infectés a cassé Internet« .

 

Une vidéo d’un Fan de Friends détonante imaginant la mort de Chandler

En ce jour anniversaire, je ne peux m’empêcher de digresser de la thématique Hi-tech pour vous présenter cette vidéo : « The one where Chandler dies…« . C’est tout simplement le meilleur montage de Fans que j’ai pu voir. L’auteur a repris en quasi totalité des scènes de la série Friends (1994-2004) pour faire sa propre histoire. Et le buzz fonctionne bien ! Depuis une semaine que la vidéo est publiée, il y a déjà eu 800 000 vues.

Ah Friends, toute ma jeunesse… et j’ai fait en sorte que ces traces ne disparaissent pas. J’en parlais sur ce blog en 2014, à l’occasion des 20 ans de la série (là aussi). Et puis il y a le livre, 10 ans de Friends, vendu à plus de 6000 exemplaires et toujours disponible suite à une refabrication en 2015 après que l’éditeur ait perdu les fichiers source, le site associé, la page Facebook du Fan Club qui vient de passer les 1000 membres, le site du Fan Club Français de Friends, qui a eu 20 000 adhérents à ses sommets et des dizaines de millions de visiteurs, son alter et go, Friends Generation 2, le site consacré à la série Joey qui est un spin-off de Friends diffusé pendant deux saisons juste après la série originale et même un moteur de recherche pour retrouver des sites sur Friends.

Bien que ces sites soient plutôt des archives qui n’évoluent plus, il a fallu que j’opère, il y a un an, à une grande mise à jour technique, changement d’hébergeur et de version de PHP, afin de permettre à ces sites de continuer à exister et représenter ainsi leur époque. Oui, ces sites sont datés, mais ils ne sont pas tant à la ramasse que ça. La version avec des gif animées partout n’existe plus que dans les archives d’Internet.

Samsung, la vérité est ailleurs

Il y a quatre jours, je parlais du bug qui devrait coûter 17 milliards à Samsung. Le motif ? L’incendie des batteries du Galaxy Note 7 qui a entraîné l’arrêt de la commercialisation du nouveau modèle de la marque. L’événement est assez rare pour avoir fait les choux gras de la presse. Mais en réalité, la vérité sur le problème est ailleurs.

samsung-galaxy-note-7

Il semblerait que la batterie ne soit pas en cause. Samsung n’a jamais réussi à reproduire l’incendie en laboratoire. Le problème serait plutôt un problème d’organisation au sein du groupe.

Le coût de 17 milliards serait sur-évalué. Quatre jour après, on ne parle plus que de 3 milliards, voire 5 milliards. La presse n’arrive pas à s’entendre sur le montant, mais on n’est pas à deux milliards près. Non ? C’est cinq fois moins qu’il y a quatre jours. Dans tous les cas, la note restera salée et aura un impact fort pour l’entreprise pendant les six prochains mois.

Au-delà du coût, c’est l’image de l’entreprise qui est entachée. Les premiers utilisateurs sont déjà en train de s’éloigner de la marque. Samsung a déjà réagi et propose 100 dollars en plus du remboursement à tous les possesseurs malheureux d’un Galaxy Note 7 pour le rachat d’un autre smartphone de la marque.

Le bug en question est un problème complexe dont l’identification et la résolution ne se fera pas en quatre jours. Samsung est confronté à la vindicte journalistique en quête de sensationnalisme. Une chose est sûre : aucune des informations qui a été avancée n’est vraie, ou partiellement seulement. Il est évident que l’entreprise va continuer son investigation et trouver l’origine réelle du problème afin de le résoudre. A moins que des raisons politiques obligent l’entreprise à faire sauter une personne innocente pour la forme et repartir dans une autre direction. Cela arrive plus souvent qu’on ne le pense.

Dans tous les cas, nous, le grand public, n’en saurons rien car, entre-temps, la presse se sera tournée vers autre chose et obtenir la vraie vérité sera devenue sans intérêt. Ainsi est notre société !

Edit 05/12/2016 : Mauvaise langue que je suis, un article vient d’être publié sur 01Net expliquant l’origine de la panne ainsi qu’un autre publié par Zdnet.

Samsung ou le bug à 17 milliards d’Euros

Quand je dis que la qualité est essentielle et qu’il faut éviter d’avoir des bugs en production…

Samsung vient de montrer à quel point un bug de production peut coûter cher. L’arrêt prématuré de la vente du tout nouveau Samsung Galaxy Note 7 coûterait, selon les analystes, entre 10 milliards et 17 milliards de dollars à l’entreprise (là aussi). Une paille ! C’est surtout la réputation de l’entreprise qui est entachée pour longtemps et qui risque de provoquer un effet halo sur le reste de la gamme.

samsung-galaxy-note-7

Pour ceux qui n’ont pas suivi toute l’histoire, Minimachines en a fait un récapitulatif avec images et vidéos à l’appui et Zdnet a fait un récapitulatif du drame qui s’est déroulé en seulement 8 semaines. En résumé, le téléphone s’est mis à brûler chez plusieurs clients. Il y a eu un rappel de 2,5 millions d’appareils. Mais la nouvelle série a continué à brûler. Au point que les compagnies aériennes interdisent l’usage de ces téléphones dans les avions. J’ai testé pour vous : « Si vous êtes possesseurs d’un Samsung Galaxy Note 7, vous devez éteindre votre appareil et le maintenir éteint jusqu’à l’arrivée du vol. Le mode avion n’est pas autorisé pour ce modèle ».

Ce qui est bien dans ce genre de mauvaises publicités, c’est que la réputation acquise est tenace pendant bien longtemps. Vous souvenez-vous de la dernière grosse compagnie qui a eu des déboires mondialement connus ? Certes, ce n’était pas un problème de combustion, mais plutôt de triche dans les tests de pollution effectués. Oui, ça y est, vous avez trouvé : Volkswagen et l’affaire du dieselgate ou la triche sur le niveau de pollution des moteurs de la marque. Le dossier aura coûté à l’entreprise 15 milliards de dollars rien que pour les Etats-Unis et elle doit faire face à des plaintes de nombreux autres pays. Ce qui est amusant dans cette affaire, c’est qu’on a découvert entre temps que toutes les autres compagnies ont triché de la même manière, mais elles, elles ne se font pas attaquer. Seul le premier attrapé paie les pots cassés pour les autres. Une escroquerie planétaire !

Beaucoup moins coûteux mais tout aussi problématique car on est dans un marché d’avenir, la combustion d’une voiture Tesla de dernière génération, entièrement électrique, chose qui était déjà arrivé dans les précédents modèles, le pilotage automatique qui provoque la mort de son conducteur dans un accident ou la voiture piratée à distance. Certes, les voitures autonomes provoquent énormément moins d’accidents que les voitures conduites par des humains, mais l’opinion publique est si facilement manipulable que les journalistes vont bien se garder de le dire. Et cela peut nuire à l’entreprise au point d’interdire la commercialisation de ces produits jugés, à tort, non sûrs.

Moralité ? Testez avant de livrer. Ça peut vous faire des économies énormes !