Fin 2014, où en est-on avec George Orwell ?

Ma première analyse d’expert date du 6 septembre 2010 et parle d’Eric Schmidt, le directeur de Google, qui s’imaginait être le fils spirituel de George Orwell. George Orwell est cet écrivain anglais qui a dépeint en 1948 le monde futuriste de 1984 (inversion des deux derniers chiffres), un monde où tout est contrôlé par la police de la pensée qui traque ceux qui sont déviants de la pensée unique imposée par le pouvoir et les vaporise, une jolie façon de dire les supprime. Evidemment, personne ne veut de ce monde qui laissait à penser à l’époque ce que pourraient devenir les pays soviétiques. C’était la guerre froide.

1984, c’était il y a 30 ans. 1948, c’était il y a presque 70 ans. Qu’en est-il aujourd’hui de ce monde dirigé par la police de la pensée unique ? Ce n’est clairement pas le monde soviétique qui fait maintenant partie des gentils. Et pourtant, les prédictions de George Orwell n’ont jamais été aussi d’actualité et la police de la pensée unique vient de notre monde occidental à nous. Nous avons créé ce monstre. Nous vivons en plein dedans. Analyse. Très longue analyse…

Lire la suite

Google rend disponible le génome des humains de la planète

Analyser et comprendre le génome humain, c’est le challenge le plus complexe que la science a eu à surmonter. On pourrait alors prévenir des maladies incurables, freiner voire arrêter le vieillissement. Le rêve de la vie éternelle s’approche, même si vie éternelle signifierait surpopulation planétaire, ce qui n’est pas vraiment un rêve en soi, mais bon passons, ce n’est pas le sujet.

On sait maintenant décoder un génome humain complet. Il y en a même plusieurs milliers qui ont été décodés, principalement des porteurs de maladies graves. Ces données sont stockées dans des bases de données privées stockées par les organismes qui ont fait ces décodages.

Google offre la puissance de son moteur de recherche et propose Google Genomics, un moteur de recherche ouvert qui permet de faire toutes les requêtes de son choix sur l’ensemble des génomes qu’il indexe. Il offre également des API qui permettent de s’interconnecter aux différentes bases de données existantes.

L’étape suivante sera de proposer à tous les volontaires d’intégrer dans son index leur génome. Google Genomics deviendra alors la plus grande base de données du monde. Plus grande même que le moteur de recherche Internet que nous connaissons tous. Ce n’est finalement plus qu’une question de coût de stockage. Mais ce coût baisse à vue d’oeil et les algorithmes actuels permettent de limiter les données au strict nécessaire. Une avancée technologique significative est en marche.

Pour en savoir plus, lisez l’article de 01Net et regardez la vidéo de présentation de Google.