Toujours sous Windows XP ? Vous êtes une menace pour la société

Remarquez-vous que j’essaye tant bien de mal de rattraper mes 6 mois de retard en publiant des articles que j’aurais du publier bien avant ? En parlant de ratardataires, si vous êtes encore sous Windows XP, vous avez au moins 3 ans de retard. C’est en effet en 2014 que Windows XP a eu la dernière mise à jour de sécurité par Microsoft.

Au mois de mai dernier, un virus a fait la Une de la presse grand public : Wannacry. Pourquoi ? Parce qu’il s’est largement propagé grâce aux trous de sécurité béants laissés par les derniers utilisateurs de Windows XP qui ont vu leurs données cryptées par le virus, mais en plus transformer leur ordinateur en vecteur de propagation de ce virus vers d’autres ordinateurs. Pour récupérer ses données, il fallait payer une rançon. Il n’y a pas que Windows XP qui est en cause. Ceux qui ont bloqué les mises à jour de leur ordinateur ont également eu droit à ce virus.

Pour en savoir plus, lisez l’article de ZDnet, Toujours sous Windows XP ? Vous êtes une menace pour la société.

Bienvenue à Windows 10

Difficile de passer à coté de la nouvelle de la sortie de Windows 10. Il faut dire que cela fait plusieurs mois que Microsoft en parle. Début juin, Marc Jalabert, le PDG de Microsoft France, nous mettait l’eau à la bouche. Son objectif ? Créer le buzz en facilitant les mises à jour à l’extrême afin que le maximum de gens migrent le plus vite possible vers cette nouvelle version. Microsoft souffre en effet d’un problème de fragmentation, c’est à dire que les utilisateurs de Windows sont uniformément répartis dans les différentes versions précédemment sorties, y compris Windows XP, la version sortie en 2001, qui reste encore l’une des plus utilisées. Pour inciter au maximum les gens à migrer, la mise à jour est gratuite si elle est faite dans les 365 prochains jours, mais uniquement pour les possesseurs d’une version officielle de Windows 7, Windows 8 ou Windows 8.1. En d’autres termes, les utilisateurs de Windows XP devront passer à la caisse : 125 Euros.

windows-10

Parmi les nouveautés, le nouveau menu Démarrer, un nouveau navigateur baptisé Edge pour remplacer Internet Explorer, Cortana le nouvel assistant vocal, la gestion de plusieurs bureaux et bien d’autres. Les premiers tests de cette nouvelle version fleurissent sur la toile. Vous pouvez notamment lire ceux de Clubic (16 pages), 01NetNextINpact ou LesNumériques.

Migrer autant d’utilisateurs est un vrai challenge car chacun doit télécharger la mise à jour qui fait 3 Go. Microsoft a réservé une capacité de 40 Tb/s pour propager ces mises à jour et a mis en place un système de pré-réservations pour lisser les installations dans le temps. Si vous n’arrivez pas à vous imaginer ce que cela représente, cela fait grosso-modo 40 fois la capacité totale de stockage de votre ordinateur téléchargées chaque seconde. Chose étonnante, le préchargement de la mise à jour a démarré avant le jour J. Ainsi, hier soir, la veille de la sortie officielle, elle était déjà chargée sur mon ordinateur. Ce n’est pas pour autant qu’aujourd’hui Microsoft me propose de la faire. Quand sera-t’elle déclenché ? Réponse en fin d’article sous forme de mise à jour. J’ai fait ma pré-réservation le premier jour où cela a été possible.

Si vous ne voulez pas attendre votre tour, vous pouvez télécharger l’ISO ou créer une clé USB bootable de Windows 10 comme c’est expliqué , ,  et .

Y a t’il un risque que cette mise à jour pose un problème ? Oui ! Définitivement ! Contrairement au Mac, le système Windows s’installe sur des configurations très diverses qui nécessitent des drivers qui doivent être fournis par les constructeurs d’ordinateurs, pas par Microsoft. Si le constructeur n’a pas fait son travail, il y a des risques que votre système ne fonctionne plus après la mise à jour. Une page d’explication est dédiée à ces problèmes de compatibilité matérielle.

Faut-il y aller ou pas ? Hormis les problèmes de compatibilité, voici 10 bonnes raisons d’y aller et 10 bonnes raisons de ne pas y aller. Vous en pensez quoi ?

Je n’ai vu qu’un seul article qui parlait des paramètres de protection de la vie privée durant l’installation et, bien qu’on ait appris que ceux qui auront la version familiale auront les mises à jour du systèmes réalisées automatiquement sans possibilité de le paramétrer, un seul article a parlé d’un possibilité pour le débrayer.

Certains se posent encore la question sur l’absence d’une version 9 entre la version 8 et la version 10. J’avais apporté la réponse dans cet article daté d’octobre 2014 : « Le nouvel OS de Microsoft s’appellera Windows 10.0« .

Bonne installation !

Mise à jour autorisée le 30/07/2015

J’ai enfin reçu le message pour installer Windows 10 vers 2h du matin. J’ai donc accepté l’installation.

installation-windows-10

Voici mes premières impressions :

L’installation ne s’est pas passée toute seule. La plupart du temps, je suis resté sur un écran noir. J’ai laissé malgré tout tourner, l’installation semblait continuer à se faire. Mais au lever, j’ai du forcer le redémarrage de l’ordinateur pour finaliser l’installation qui s’est terminée normalement. Le nouveau système est agréable visuellement.

Le nouveau navigateur Edge a l’air d’être réactif. Il donne envie d’être plus utilisé. A creuser.

Le navigateur par défaut a été changé contre mon avis. Lorsque je démarre Chrome, il me propose de rétablir la situation… si ce n’est que cette opération n’est pas enregistrée puisqu’il me le redemande à chaque lancement. Bug ou volonté de nuire ?

J’ai bien récupéré mes icônes dans le nouveau menu démarrer, mais les groupes que j’avais créés ont été supprimés. Tous les icônes ont été regroupés dans le même groupe sans nom et deux groupes ont automatiquement été créés et mis en avant avec les applications poussées par Microsoft. Dommage.

Le nouveau menu démarrer occupe comme annoncé une petite partie de l’écran. Il n’y a pas de paramètre pour changer de menu démarrer. Il n’existe qu’un seul paramètre pour activer le mode « tablette », mais cela n’impacte pas que le menu démarrer. C’est toute l’interface qui est changée, à l’instar du mode Moderne UI qui existait dans Windows 8. Dommage.

La fin de vie de Windows 7 en approche

Alors que nous venons de vivre en avril dernier la fin définitive de Windows XP, c’est au tour de Windows 7 d’approcher inexorablement de sa fin de vie. Certes, il reste encore du temps pour se retourner, mais Windows 7 ne sera probablement pas étendu autant que Windows XP. Ainsi, à partir de janvier 2015, Windows 7 passera en support étendu, ce qui annonce la fin les services packs. Il restera malgré tout des mises à jour jusqu’en janvier 2020. Nous serons prévenus. Entre temps, est sorti Windows 8 puis Windows 8.1 et Windows 9 est annoncé. L’ère des mises à jour rarissimes est révolue.

Pour en savoir plus, lisez l’article de NextINpact, « Windows 7 passera en support étendu le 13 janvier 2015« .

Windows XP c’est fini. Tu nous manqueras… ou pas. Séquence nostalgie.

Ca y est. La dernière mise à jour de l’histoire de Windows XP a eu lieu mardi dernier. Les 25% d’utilisateurs de cette OS dans le monde sont maintenant livrés à eux-même et sont à la merci des hackers. Bonne chance pour eux.

Histoire de dire au revoir à cette version d’OS qui aura réussi à durer 13 ans, soit 4 générations en informatique, voici un petit article de 01Net : Windows XP : ce qu’on va regretter, ce qui ne nous manquera pas. Cela m’aura appris une chose. C’est que le fond d’écran emblématique de Windows XP correspond bel et bien à un lieu réel sur terre que voici sur Google Maps :

Les hackers vont sévir sur Windows XP dès la fin de son support le 8 avril 2014

Possesseurs de Windows XP, tremblez ! Vous vivez vos dernières semaines de liberté. A partir du 8 avril 2014, votre système ne sera plus mis à jour contre les failles de sécurité. Et les hackers l’ont bien compris, ils sont à l’affut. En effet, une faille de sécurité découverte aujourd’hui est en général corrigée par Microsoft dans les trois semaines suivantes. Alors qu’après le 8 avril 2014, elles ne seront tous simplement plus corrigées du tout. Les hackers ont donc décidé de faire une trève et garder sous le coude leurs découvertes afin de les exploiter plus largement dès qu’il n’y aura plus de protection. Et votre système ne va pas résister longtemps, il n’est pas taillé pour cela. Il a été conçu pour faire face aux technologies de 2001, il y a douze ans de celà, pas celles d’aujourd’hui. Il ne vous restera alors que trois solutions : laisser votre ordinateur ouvert à tous vents, couper purement et simplement l’accès à Internet ou passer à Windows 7 ou Windows 8 (ou 8.1).

Le parc des ordinateurs sous Windows XP représente encore 30% du parc mondial. Les particuliers sont bien évidemment largement impactés par cette obsolescence. Mais c’est surtout au niveau des grandes entreprises qui n’ont pas encore achevé (ou entamé) leur migration que les difficultés sont les plus importantes. Un parc d’ordinateurs ne se migre pas en quelques jours ! Celles qui n’auront pas finalisé leur migration le 8 avril 2014 seront directement concernés par cette menace des hackers.

Pour en savoir plus, lisez « L’arrêt du support de Windows XP serait attendu avec impatience par les hackers » sur Clubic et « Windows XP : au-delà du 8 avril, les nouvelles failles seront permanentes » sur PcINpact.

Nouvel article paru le 30/08/13 sur PcInpact, confirmation de Microsoft que « la mort de Windows XP sera brutale et définitive« .

Jquery 2.0 ne supporte plus Internet Explorer 6, 7 et 8

Nouveau coup de tonnerre. C’est au tour de Jquery, le framework de développement JavaScript le plus connu, de ne plus supporter les vieilles versions d’Internet Explorer. Veilles ? Pas tant que ça. Rappelons que la version 8 est la dernière supportée sur Windows XP, un système totalement dépassé mais qui reste utilisé par 30% des habitués d’Internet Explorer. Jquery rejoint les nombreux acteurs qui, comme Microsoft, veulent mettre fin aux logiciels obsolètes. Rappelons que Windows XP ne sera plus maintenu par Microsoft dans moins d’un an. Ceux qui n’auront toujours pas migré seront livrés aux virus et autres chevaux de Troie qui ne manqueront pas de pulluler.

En tout cas, pour Jquery, ce non support entraîne une cure d’amaigrissement de 15%. Il est vrai qu’il fallait jouer d’ingéniosité pour essayer de proposer des comportements compatibles avec ces navigateurs incompatibles avec le reste du marché. Bien entendu, moi qui milite pour forcer le plus souvent possible les mises à jour, je ne peux qu’être content d’une telle nouvelle. Les réfractaires pourront toujours utiliser la version 1.9 de Jquery. Il va même sortir prochainement une version 1.10.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact.

Windows XP disparaît définitivement dans un an… et dans les entreprises ?

Alors que de nombreux sites Internet constatent qu’il y a encore 30% d’utilisateurs équipés de Windows XP, le support étendu de Microsoft sur cette version du système apparu en 2001 va s’arrêter dans un an jour pour jour. Cela fait bien longtemps que ce système ne bénéficie de plus aucune nouveautés et pour quelqu’un qui a goûté Windows 7, c’est un calvaire de revenir à cette version plutôt primitive.

Mais le plus inquiétant vient du monde des entreprises. Près d’un grand compte sur deux n’aurait pas encore migré vers Windows 7 et surtout n’a pas de projet de migration compatible avec l’échéance connue depuis pourtant bien longtemps. Le 8 mars 2014, les entreprises qui n’auront pas sauté le pas ne bénéficieront plus des mises à jour de sécurité et seront donc exposés à tous les nouveaux malwares qui ne manqueront pas de pulluler.  Que leur restera t’il ? Couper leur accès à Internet ? Une perspective bien inquiétante qui semble pourtant se profiler. En effet, après les récentes annonces de sécurité sur Java et Flash, les robinets d’accès à ces plugins commencent à être coupés. Il ne restera alors plus qu’un pas pour se couper au reste du Web.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact sur ce compte à rebours inéluctable.

Rencontre avec Jeff Sutherland, le fondateur de Scrum

À l’occasion de la première rencontre organisée lundi 3 décembre 2012 par l’association Agile .Net dans les locaux de Microsoft, j’ai eu la chance de rencontrer pour la première fois Jeff Sutherland, le fondateur de la méthodologie Scrum. L’occasion pour lui de faire le point sur la situation de Scrum dans le monde et plus particulièrement aux États-Unis. Qu’a-t-il dit ? Compte-rendu.

Lire la suite

Google abandonne le support d’Internet Explorer 8

Coup de théâtre, enfin presque, Google annonce l’abandon du support d’Internet Explorer 8. Après Internet Explorer 7 qui a été abandonné en juin 2011, c’est au tout d’Internet Explorer 8 de tirer sa révérence à partir du 15 novembre 2012.

La partie étonnante de la chose est que nous avons mis tellement d’années à nous défaire d’Internet Explorer 6 qu’il apparaît étonnant qu’Internet Explorer 8 ne soit plus supporté aussi tôt. Rappelons que c’est la dernière version supportée par Windows XP, un système qui équipe encore 30% des utilisateurs Windows. A la fin de l’année, il faudra donc changer de navigateur ou de système… ou les deux. Un pas de plus vers la mort annoncée de Windows XP qui tombe au moment où Windows 8 sort.

D’ailleurs, c’est une vraie tendance de fond. Adobe vient d’annoncer que la nouvelle version de Photoshop, la CS7, ne sera pas compatible Windows XP. Ce système est devenu trop obsolète et ne permet pas de bénéficier des accélérations des CPU modernes.

L’ancien cadavre, c’était Internet Explorer 6. Le nouveau, c’est Windows XP et tout ce qui s’y rattache. Un mal nécessaire, moi qui milite pour des mises à jour automatiques et silencieuses, ce qui permettrait d’éviter de tels travers !

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact sur l’arrêt du support d’Internet Explorer 8 par Google et celui sur l’abandon du support de Windows XP dans la nouvelle version de Photoshop.

 

 

Application native vs Web application : le duel fraticide

Les applications natives sont développées et compilées pour le système cible où elles s’exécutent. Elles ne fonctionnent donc que sur un seul système. Elles sont généralement développées dans le langage de prédilection du système, qui diffère d’un système à l’autre. Les applications Web, ou Web apps, s’exécutent au sein d’un navigateur Internet. Ces navigateurs étant présents sur tous les systèmes, elles peuvent s’exécuter sur tous les systèmes.

Chacune des deux solutions a des avantages et des inconvénients. Selon le contexte et le type d’application, une solution sera plus adéquate que l’autre. Mais quels sont ces critères ? Comment faire le bon choix ? Analyse. Lire la suite