Comment installer Windows 7 à partir de zéro ?

Jusqu’à hier, il n’y avait aucune raison de ne pas passer à Windows 10. En effet, sa migration était gratuite pour tous les possesseurs de Windows 7 et Windows 8. En fait, il y en avait une : avoir un ordinateur incompatible. Maintenant, il y en a deux : la migration vers Windows 10 n’est plus gratuite.

windows-7-updateLa cible à atteindre

A quelques jours de la fin de la mise à jour gratuite vers Windows 10, j’ai décidé de sortir du placard un vieil ordinateur auquel j’ai ajouté un disque SSD (voir pourquoi c’est indispensable !). La mise à jour vers Windows 10 s’est avérée impossible car le processeur manquait d’un jeu d’instructions requis par Windows 10. J’ai donc été contraint d’installer Windows 7 et cela n’a pas été une mince affaire car après l’installation elle-même, il faut faire toutes les mises à jour. Comptez trois jours minimum pour y arriver et autant vous le dire tout de suite, ce n’est pas simple car la méthode standard ne marche tout simplement plus. Voici quelques trucs pour y arriver. Analyse.

Lire la suite

Les secrets cachés du nouveau menu Demarrer de Windows 10

Certains ont résumé Windows 10 comme étant juste le retour de l’ancien menu Démarrer. Avec ce nouveau système, il est en effet possible de revenir à un menu Démarrer de la même taille que dans Windows 7, mais fonctionnellement très différent. J’avais pour ma part une forte crainte de voir cet ancien menu car je m’étais habitué au menu Démarrer en plein écran de Windows 8.1. En réalité, ce nouveau menu Démarrer est bourré de nouveautés et malheureusement, certaines d’entre elles sont loin d’être intuitives à trouver. Dans l’article que j’ai rédigé suite à mon installation de Windows 10, je déplorais qu’il n’était pas possible d’avoir un menu Démarrer en plein écran sauf à passer en mode tablette avec plein de fonctionnalités en moins. Je m’étais trompé. Il y avait une option cachée, bien cachée.

menu-demarrer

Si vous voulez connaitre quelques unes d’entre elles, je vous invite à lire l’article de 01Net : « Windows 10 : maîtrisez le nouveau menu Démarrer« . Pour ceux qui ne savent pas encore ce qu’il y a de nouveau dans Windows 10, sachez qu’il n’y a pas que le menu Démarrer qui change. Pour en savoir plus, lisez mon article : « Bienvenue à Windows 10« .

L’originalité du menu Démarrer de Windows 8 n’est plus disponible sur Windows 10 : la possibilité de scroller horizontalement dans les éléments du menu. Avec Windows 10, l’unique scroll possible est vertical, comme avec une page Web.

Bienvenue à Windows 10

Difficile de passer à coté de la nouvelle de la sortie de Windows 10. Il faut dire que cela fait plusieurs mois que Microsoft en parle. Début juin, Marc Jalabert, le PDG de Microsoft France, nous mettait l’eau à la bouche. Son objectif ? Créer le buzz en facilitant les mises à jour à l’extrême afin que le maximum de gens migrent le plus vite possible vers cette nouvelle version. Microsoft souffre en effet d’un problème de fragmentation, c’est à dire que les utilisateurs de Windows sont uniformément répartis dans les différentes versions précédemment sorties, y compris Windows XP, la version sortie en 2001, qui reste encore l’une des plus utilisées. Pour inciter au maximum les gens à migrer, la mise à jour est gratuite si elle est faite dans les 365 prochains jours, mais uniquement pour les possesseurs d’une version officielle de Windows 7, Windows 8 ou Windows 8.1. En d’autres termes, les utilisateurs de Windows XP devront passer à la caisse : 125 Euros.

windows-10

Parmi les nouveautés, le nouveau menu Démarrer, un nouveau navigateur baptisé Edge pour remplacer Internet Explorer, Cortana le nouvel assistant vocal, la gestion de plusieurs bureaux et bien d’autres. Les premiers tests de cette nouvelle version fleurissent sur la toile. Vous pouvez notamment lire ceux de Clubic (16 pages), 01NetNextINpact ou LesNumériques.

Migrer autant d’utilisateurs est un vrai challenge car chacun doit télécharger la mise à jour qui fait 3 Go. Microsoft a réservé une capacité de 40 Tb/s pour propager ces mises à jour et a mis en place un système de pré-réservations pour lisser les installations dans le temps. Si vous n’arrivez pas à vous imaginer ce que cela représente, cela fait grosso-modo 40 fois la capacité totale de stockage de votre ordinateur téléchargées chaque seconde. Chose étonnante, le préchargement de la mise à jour a démarré avant le jour J. Ainsi, hier soir, la veille de la sortie officielle, elle était déjà chargée sur mon ordinateur. Ce n’est pas pour autant qu’aujourd’hui Microsoft me propose de la faire. Quand sera-t’elle déclenché ? Réponse en fin d’article sous forme de mise à jour. J’ai fait ma pré-réservation le premier jour où cela a été possible.

Si vous ne voulez pas attendre votre tour, vous pouvez télécharger l’ISO ou créer une clé USB bootable de Windows 10 comme c’est expliqué , ,  et .

Y a t’il un risque que cette mise à jour pose un problème ? Oui ! Définitivement ! Contrairement au Mac, le système Windows s’installe sur des configurations très diverses qui nécessitent des drivers qui doivent être fournis par les constructeurs d’ordinateurs, pas par Microsoft. Si le constructeur n’a pas fait son travail, il y a des risques que votre système ne fonctionne plus après la mise à jour. Une page d’explication est dédiée à ces problèmes de compatibilité matérielle.

Faut-il y aller ou pas ? Hormis les problèmes de compatibilité, voici 10 bonnes raisons d’y aller et 10 bonnes raisons de ne pas y aller. Vous en pensez quoi ?

Je n’ai vu qu’un seul article qui parlait des paramètres de protection de la vie privée durant l’installation et, bien qu’on ait appris que ceux qui auront la version familiale auront les mises à jour du systèmes réalisées automatiquement sans possibilité de le paramétrer, un seul article a parlé d’un possibilité pour le débrayer.

Certains se posent encore la question sur l’absence d’une version 9 entre la version 8 et la version 10. J’avais apporté la réponse dans cet article daté d’octobre 2014 : « Le nouvel OS de Microsoft s’appellera Windows 10.0« .

Bonne installation !

Mise à jour autorisée le 30/07/2015

J’ai enfin reçu le message pour installer Windows 10 vers 2h du matin. J’ai donc accepté l’installation.

installation-windows-10

Voici mes premières impressions :

L’installation ne s’est pas passée toute seule. La plupart du temps, je suis resté sur un écran noir. J’ai laissé malgré tout tourner, l’installation semblait continuer à se faire. Mais au lever, j’ai du forcer le redémarrage de l’ordinateur pour finaliser l’installation qui s’est terminée normalement. Le nouveau système est agréable visuellement.

Le nouveau navigateur Edge a l’air d’être réactif. Il donne envie d’être plus utilisé. A creuser.

Le navigateur par défaut a été changé contre mon avis. Lorsque je démarre Chrome, il me propose de rétablir la situation… si ce n’est que cette opération n’est pas enregistrée puisqu’il me le redemande à chaque lancement. Bug ou volonté de nuire ?

J’ai bien récupéré mes icônes dans le nouveau menu démarrer, mais les groupes que j’avais créés ont été supprimés. Tous les icônes ont été regroupés dans le même groupe sans nom et deux groupes ont automatiquement été créés et mis en avant avec les applications poussées par Microsoft. Dommage.

Le nouveau menu démarrer occupe comme annoncé une petite partie de l’écran. Il n’y a pas de paramètre pour changer de menu démarrer. Il n’existe qu’un seul paramètre pour activer le mode « tablette », mais cela n’impacte pas que le menu démarrer. C’est toute l’interface qui est changée, à l’instar du mode Moderne UI qui existait dans Windows 8. Dommage.

Windows 7, la fin de vie standard c’est aujourd’hui

J’en parlais déjà dans un article publié en juillet, la fin du support standard de Windows 7, c’est aujourd’hui. Cela veut dire qu’il n’y aura plus de mises à jour hormis les mises à jour de sécurité qui demeureront jusqu’à 2020. Il est temps de commencer à envisager à passer à Windows 8.1 qui est très stable voire de passer à Windows 10 qui sort dans quelques jours. Et si votre entreprise est juste en train de migrer de Windows XP à Windows 7, vous avez juste une génération de retard. Dommage.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PhoneAndroid « Windows 7 : Microsoft arrête le support principal, il est temps de passer à autre chose ! » et de 01Net : « Windows 7 SP1 : la fin du support standard est prévue pour aujourd’hui« .

La fin de vie de Windows 7 en approche

Alors que nous venons de vivre en avril dernier la fin définitive de Windows XP, c’est au tour de Windows 7 d’approcher inexorablement de sa fin de vie. Certes, il reste encore du temps pour se retourner, mais Windows 7 ne sera probablement pas étendu autant que Windows XP. Ainsi, à partir de janvier 2015, Windows 7 passera en support étendu, ce qui annonce la fin les services packs. Il restera malgré tout des mises à jour jusqu’en janvier 2020. Nous serons prévenus. Entre temps, est sorti Windows 8 puis Windows 8.1 et Windows 9 est annoncé. L’ère des mises à jour rarissimes est révolue.

Pour en savoir plus, lisez l’article de NextINpact, « Windows 7 passera en support étendu le 13 janvier 2015« .

Windows XP disparaît définitivement dans un an… et dans les entreprises ?

Alors que de nombreux sites Internet constatent qu’il y a encore 30% d’utilisateurs équipés de Windows XP, le support étendu de Microsoft sur cette version du système apparu en 2001 va s’arrêter dans un an jour pour jour. Cela fait bien longtemps que ce système ne bénéficie de plus aucune nouveautés et pour quelqu’un qui a goûté Windows 7, c’est un calvaire de revenir à cette version plutôt primitive.

Mais le plus inquiétant vient du monde des entreprises. Près d’un grand compte sur deux n’aurait pas encore migré vers Windows 7 et surtout n’a pas de projet de migration compatible avec l’échéance connue depuis pourtant bien longtemps. Le 8 mars 2014, les entreprises qui n’auront pas sauté le pas ne bénéficieront plus des mises à jour de sécurité et seront donc exposés à tous les nouveaux malwares qui ne manqueront pas de pulluler.  Que leur restera t’il ? Couper leur accès à Internet ? Une perspective bien inquiétante qui semble pourtant se profiler. En effet, après les récentes annonces de sécurité sur Java et Flash, les robinets d’accès à ces plugins commencent à être coupés. Il ne restera alors plus qu’un pas pour se couper au reste du Web.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact sur ce compte à rebours inéluctable.

Comment regarder sans coupure l’une des 2 milliards de vidéos de Youtube avec Free ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais il y a depuis plusieurs mois un conflit entre Free et Youtube autour de la neutralité du Net. Pour faire simple et très résumé, Youtube diffuse énormément de données sur Internet. Free souhaite que Google, le propriétaire de Youtube, partage les frais associés à ce trafic. Pour transférer toutes ces données, vous imaginez bien qu’il faut des équipements costaud et coûteux, facturés justement en fonction du trafic de données. Depuis les débuts d’Internet, les opérateurs ont signé des accords de peering. Cela consiste à mettre en place des liaisons entre opérateurs sans facturer le trafic qui y circule partant du principe que cela bénéficie aux deux protagonistes. Le trafic est en général à peu près de 50% dans chaque sens. Sauf qu’avec Youtube, il y a une réelle asymétrie de l’ordre de 90/10. Dans le même temps, 100% des bénéfices publicitaires sont touchés par Youtube. Cette asymétrie est anormale. Free ne veut pas financer à lui seul les bénéfices que Youtube touche mais ne partage pas. D’autant plus que le trafic va encore augmenter maintenant que Youtube propose des chaines de télévision à péage, un secteur où Free est un concurrent très bien positionné avec son bouquet de plusieurs centaines de chaînes.

La conséquence de tout cela, c’est que le tuyau entre Free et Youtube est trop petit et ne permet pas aux utilisateurs comme nous de voir ces vidéos de manière fluide. Nous passons notre temps à voir la jauge de chargement entrecoupée de quelques secondes d’images animées. Un vrai calvaire !

Les français ont regardé en janvier 2013, 2 milliards de vidéos en provenance de Youtube. C’est 300 millions de moins que 3 mois plus tôt. La conséquence des problèmes avec Free ? Dans le même temps, le challenger Dailymotion a permis de voir 276 millions de vidéos en France, à peine plus de 10% de ce qui est vu sur Youtube. TF1, le troisième, n’est qu’à 65 millions de vidéos vues. Cela montre à quel point Youtube est prédominant.

Comment faire donc pour regarder ces vidéos sans encombres ? Faut-il quitter Free ? C’est parait-il l’un des principaux motifs de résiliation en ce moment. Non ! Il suffit d’aller récupérer les vidéos ailleurs. Plutôt que de les récupérer à partir du cache de Google, il faut se connecter directement sur les serveurs de Youtube. Et donc, bloquer l’accès au cache de Google pour ces vidéos. Plus simple à dire qu’à faire…

En réalité, c’est très simple à faire. Il suffit juste de connaitre la bonne commande et de la taper dans la bonne fenêtre. Voici un mini-tutorial. Lire la suite

Windows 8 : un nouveau pas vers la fin du DVD

Alors que les entreprises commencent à migrer lentement mais surement de Windows XP à Windows 7, l’actualité de Microsoft est plutôt autour de Windows 8 qui sera disponible en version finale d’ici la fin de l’année.

Pour rappel, Windows 8 devrait être un système unifié pour les PC, les téléphones et les tablettes, avec une ergonomie entièrement revue. Les habitués à Windows pourront être déroutés par cette nouvelle version qui gagne en ergonomie la plupart du temps.

L’info du jour, c’est que cette nouvelle mouture de Windows 8 ne supportera plus la lecture de DVD en standard. Il faudra s’acquitter d’une option payante ou d’un logiciel alternatif pour le faire. Un pas de plus vers la disparition de ce support. Microsoft, qui veut faire des économies de licence, précise que les offres dématérialisées sur Internet se généralisent et que le support des DVD n’est donc plus nécessaire.

Un message aux majors pour qu’ils se bougent pour étoffer leur offre en ligne ?

Pour en savoir plus, lisez l’article de 01Net, celui de Clubic et celui de PcINpact.

Les mises à jour logicielles : automatiques ou pas ?

Les mises à jour logicielles doivent-elles être effectuées automatiquement ou pas ? Faut-il laisser le choix aux utilisateurs ou leur forcer la main ? Une mise à jour est-elle avantageuse ou dangereuse pour l’utilisateur ? La réponse à toutes ces questions varie selon le type de logiciel, la cible d’utilisateurs, la fréquence des mises à jour, l’attrait des nouveautés, la facturation ou non des mises à jour… Mais cette question, aussi simple soit-elle, a un impact énorme sur les coûts de maintenance de ce logiciel. Il est donc impératif de se poser la question dans sa stratégie de développement. Analyse. Lire la suite

Asus Slate : La première tablette sur Windows 7

L’iPad d’Apple sorti en 2010 a créé un nouveau marché et une utilisation de l’outil informatique particulièrement agréable. Il suffit de l’utiliser quelques jours avec ses milliers de logiciels disponibles. L’ergonomie des applications est toujours adaptée et agréable à utiliser.

Les détracteurs de l’iPad préfèreront un ordinateur portable, léger de préférence. En effet, sur un iPad, l’utilisation de Word, Excel et autre logiciels que nous avons l’habitude d’utiliser depuis bien longtemps est soit impossible, soit inadaptée. Il est vrai que l’iPad répond à de nombreux besoins, mais pas à tous les besoins.

La solution serait donc d’avoir une tablette tactile avec un grand écran (12 pouces), une bonne puissance (Intel Core I5) et fonctionnant sous Windows 7. Avec la possibilité d’avoir un clavier sans fil, une souris ou tout autre élément de pointage. C’est justement ce que propose l’Asus Slate EP121. Il se positionne à l’intersection des deux mondes et en propose le meilleur. Bonne chance à lui. Sortie le 1er février 2011.

Pour en savoir plus, lisez l’article de 01Net et sa démo en vidéo.