Le NoSql est-il l’avenir des bases de données ?

Le NoSql est le nouveau mot à la mode en matière de bases de données. Pas si nouveau que cela car cela fait maintenant quelques années qu’il sévit. Et pourtant, ce n’est qu’un mot qui regroupe un ensemble de techniques de bases de données qui n’ont comme point commun que de ne pas être compatibles avec le Sql, le langage natif des bases de données relationnelles. NoSql n’est pas un mouvement contre le Sql, mais un mouvement qui adresse des besoins qui dépassent les limites des bases de données relationnelles. NoSql signifie Not Only Sql.

Est-ce l’avenir des bases de données ? Quelles sont les forces en présence ? Faut-il y aller ? Alcyonix a publié sur son blog deux articles de vulgarisation qui apportent des premiers éléments de réponse à ceux qui se posent la question : le NoSql est-il l’avenir des bases de données et les bases no-sql. Pour ma part, je vous invite à jeter un oeil plus qu’attentif à MongoDb qui répond à de très nombreuses problématiques et également au très prometteur Neo4j.

MongoDb gagne en performance et en maturité

La base de données MongoDb fait partie des meilleures bases de données NoSql, c’est à dire non relationnelles. Adoptée par la société française Criteo, spécialisée dans la publicité ciblée et récemment cotée en Bourse au Nasdaq, cette dernière a secoué la base dans ses derniers retranchements. Il faut dire qu’ils ont adopté cette solution après que Sql Server ne tenait plus la charge une fois plus de 3000 bases de données installées. Les besoins en données de Criteo sont gigantesques et dépassent l’entendement. Nous sommes dans le domaine du Big Data.

Bénéficiant de cette expérience enrichissante, MongoDb sort en version 2.6 avec de nombreuses optimisations et des services en plus, notamment, une amélioration sur la recherche textuelle. De quoi être un acteur majeur pour les 10 prochaines années. Si le NoSql et/ou le Big Data vous intéresse et que vous ne savez pas par où commencer, allez jeter un oeil du coté de MongoDb. Les données y sont stockées en JSON, ce qui facilite le stockage de données issus de services REST.

Pour en savoir plus, lisez l’article du mon informatique « MongoDB 2.6 hausse le tempo« .