Jquery 2.0 ne supporte plus Internet Explorer 6, 7 et 8

Nouveau coup de tonnerre. C’est au tour de Jquery, le framework de développement JavaScript le plus connu, de ne plus supporter les vieilles versions d’Internet Explorer. Veilles ? Pas tant que ça. Rappelons que la version 8 est la dernière supportée sur Windows XP, un système totalement dépassé mais qui reste utilisé par 30% des habitués d’Internet Explorer. Jquery rejoint les nombreux acteurs qui, comme Microsoft, veulent mettre fin aux logiciels obsolètes. Rappelons que Windows XP ne sera plus maintenu par Microsoft dans moins d’un an. Ceux qui n’auront toujours pas migré seront livrés aux virus et autres chevaux de Troie qui ne manqueront pas de pulluler.

En tout cas, pour Jquery, ce non support entraîne une cure d’amaigrissement de 15%. Il est vrai qu’il fallait jouer d’ingéniosité pour essayer de proposer des comportements compatibles avec ces navigateurs incompatibles avec le reste du marché. Bien entendu, moi qui milite pour forcer le plus souvent possible les mises à jour, je ne peux qu’être content d’une telle nouvelle. Les réfractaires pourront toujours utiliser la version 1.9 de Jquery. Il va même sortir prochainement une version 1.10.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact.

Windows XP disparaît définitivement dans un an… et dans les entreprises ?

Alors que de nombreux sites Internet constatent qu’il y a encore 30% d’utilisateurs équipés de Windows XP, le support étendu de Microsoft sur cette version du système apparu en 2001 va s’arrêter dans un an jour pour jour. Cela fait bien longtemps que ce système ne bénéficie de plus aucune nouveautés et pour quelqu’un qui a goûté Windows 7, c’est un calvaire de revenir à cette version plutôt primitive.

Mais le plus inquiétant vient du monde des entreprises. Près d’un grand compte sur deux n’aurait pas encore migré vers Windows 7 et surtout n’a pas de projet de migration compatible avec l’échéance connue depuis pourtant bien longtemps. Le 8 mars 2014, les entreprises qui n’auront pas sauté le pas ne bénéficieront plus des mises à jour de sécurité et seront donc exposés à tous les nouveaux malwares qui ne manqueront pas de pulluler.  Que leur restera t’il ? Couper leur accès à Internet ? Une perspective bien inquiétante qui semble pourtant se profiler. En effet, après les récentes annonces de sécurité sur Java et Flash, les robinets d’accès à ces plugins commencent à être coupés. Il ne restera alors plus qu’un pas pour se couper au reste du Web.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact sur ce compte à rebours inéluctable.

Après Webkit et Gecko, deux nouveaux moteurs de rendu Web font leur apparition

Le monde des moteurs de rendu Web est en pleine mutation. Cet élément, peu connu du grand public, est fondamental car ce sont ces moteurs qui permettent d’afficher les pages Web sur les navigateurs que nous utilisons tous les jours.

Jusqu’alors, le marché était divisé en quatre parts inégales :

  • Le moteur propriétaire de Microsoft qui anime les différentes versions d’Internet Explorer,
  • Le moteur Webkit utilisé par Chrome et Safari mais également la quasi totalité des navigateurs sur smartphones et tablettes,
  • Le moteur Gecko de la fondation Mozilla présent dans Firefox,
  • Le moteur Presto, propriétaire d’Opera et présent dans le navigateur eponyme.

En début d’année, Opera a jeté l’éponge et a annoncé abandonner ses développements internes pour se rallier au moteur Webkit.

Aujourd’hui, nous apprenons coup sur coup deux nouvelles.

Google a décidé de réaliser un fork de Webkit (c’est à dire créer un nouveau moteur indépendant en partant de la dernière version de Webkit) baptisé Blink. La raison invoquée est que l’actuelle version de Webkit ne permet pas d’insérer facilement les innovations que crèe tous les jours Google. Opera a annoncé se rallier immédiatement à Blink. Blink risque donc de devenir rapidement la nouvelle référence du Web au détriment de Webkit.

Enfin Mozilla a annoncé un partenariat avec Samsung pour le développement de son nouveau moteur Servo dont les travaux ont commencé il y a deux ans. Ce moteur est développé à l’aide d’un nouveau langage, Rust, en remplacement de C++. Il permet, selon Mozilla, de mieux paralleliser les opérations. Il devrait à terme remplacer Gecko.

Le monde des moteurs de rendu devrait donc rapidement ressembler à cela :

  • Internet Explorer de Microsoft toujours fidèle au poste et indépendant, même s’il y a eu des rumeurs de changement en début d’année,
  • Blink, la nouvelle référence du Web, porté par Google qui avait déjà révolutionné le Javascript avec le moteur V8,
  • Servo, le remplaçant de Gecko, piloté par Mozilla et sponsorisé par Samsung,
  • Webkit, qui survivra peut-être et qui a notamment le soutien d’Apple.

Pour en savoir plus, lisez les deux articles de Clubic, sur l’annonce de Blink par Google et l’annonce du partenariat Samsung – Mozilla pour Servo ou les articles équivalents de 01Net, respectivement Blink et Servo. L’article de PcINpact est intéressant car il traite plus en détail des conséquences de la décision de Google de passer à Blink.

Rencontre avec Jeff Sutherland, le fondateur de Scrum

À l’occasion de la première rencontre organisée lundi 3 décembre 2012 par l’association Agile .Net dans les locaux de Microsoft, j’ai eu la chance de rencontrer pour la première fois Jeff Sutherland, le fondateur de la méthodologie Scrum. L’occasion pour lui de faire le point sur la situation de Scrum dans le monde et plus particulièrement aux États-Unis. Qu’a-t-il dit ? Compte-rendu.

Lire la suite

Sortie officielle de Windows 8, c’est aujourd’hui le jour J

Aujourd’hui est un grand jour pour Microsoft, le jour de la sortie de Windows 8, la nouvelle version de son système phare. Jusque là, Microsoft a toujours dominé ce marché. Mais cette fois-ci, ce n’est plus la même chose car la concurrence est devenue féroce. Il y a toujours Apple et son système OS X qui lui tient tête. Mais il faut aussi compter sur les systèmes Android et iOS, initialement créés pour faire fonctionner des téléphones mais qui aujourd’hui fonctionnent également sur tablettes. Les tablettes, c’est justement là où Microsoft veut aller car son nouveau système Windows 8 fonctionne à la fois sur des ordinateurs classiques mais aussi des tablettes.

Windows 8 sera t’il un succès ? Va t’il plaire aux utilisateurs ? Une chose est sure, il va dérouter certains d’entre nous : plus de bouton démarrer, deux bureaux distincts permettant de faire fonctionner des applications différentes, des zones actives dans les coins d’écran, pensé pour être utilisé à la souris et au doigt. Cela va nous changer !

Voici une panoplie d’articles à lire autour de la sortie de Windows 8, des élogieux, des plus critiques, en somme, de quoi vous faire une opinion :

Et vous, Windows 8, ça vous botte ?

Asus PadFone 2 : un téléphone ET une tablette à la fois

Cette fin d’année va voir la sortie de très nombreux produits originaux qui n’existaient pas jusqu’alors. J’en parlais déjà lors des annonces du salon IFA de septembre 2012. Cela va être passionnant de découvrir tous ces nouveaux objets. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas eu le droit à un tel lot de nouveautés originales.

Pour ceux qui hésitent entre l’achat d’un smartphone ou d’une tablette, Asus a une proposition à vous faire : le PadFone 2. Un téléphone de 4,7 pouces, ce qui le classe parmi les plus grands et la possibilité de le clipser dans une tablette de 10,1 pouces, un peu plus grand que l’iPad, mais plus petit que les nombreuses tablettes qui arrivent sous Windows 8. A noter également un appareil photo de 13 megapixels, ce qui est au dessus des standards actuels, mais pas d’écran retina, juste HD ready, le tout sur Android 4.1.

Pour vous faire une idée sur cet appareil mutant, je vous invite à lire l’article de PcINpact et regardez également la vidéo de présentation sur Clubic.

Nota : Microsoft annonce aujourd’hui les tarifs de ses nouvelles tablettes Surface sur Windows RT. Je ne suis pas convaincu par Windows RT. Je préfère attendre les versions Intel de ces tablettes !

IFA 2012 : les tablettes Windows 8 sont annoncées en masse

Alors que le mois dernier je posais la question sur la qualité de la  nouvelle interface Windows 8, voici qu’à l’occasion du salon IFA 2012 organisé en ce moment même à Berlin, les grands constructeurs présentent leurs futures tablettes Windows 8 qui seront très probablement disponibles peu après la sortie de Windows 8 le 26 octobre 2012.

Et on peut dire que l’offre est pléthorique…

Nous avions déjà la Surface annoncée par Microsoft il y a quelques semaines, voici maintenant :

  • Coté Asus, les tablettes Vivo Tab,Vivo Tab RT et Transformer Book ainsi qu’un ultrabook Taichi doté de deux écrans dont un tactile et enfin le Zenbook UX21A touch, un autre ultrabook tactile,
  • Coté Samsung, la gamme Windows 8 s’appelle Ativ, avec Ativ Smart PC, un PC portable dont l’écran est détachable pour se transformer en tablette, le Smart PC Pro avec un processeur Core i5 et l’Ativ Tablette,
  • Coté Dell, la tablette XPS 10, du même genre que l’Asus Transformer et l’ultrabook XPS 12 Duo, avec un écran qui se retourne sur lui même, et, dans des dimensions bien plus importantes, un PC tout en un avec un écran tactile de 27 pouces, le XPS One 27 touch,
  • Coté HP, leur transformer s’appelle HP Envy X2 et fait 11,6 pouces, l’ultrabook tactile de 14 pouces est l’Envy TouchSmart 4 et le Spectre XT TouchSmart est un autre ultrabook tactile de 15,6 pouces,
  • Coté Sony, la tablette Xperia, résistante à l’eau, mais avec seulement 9,4 pouces… A l’inverse, le PC tablette Vaio Tap 20 est une tablette tactile de 20 pouces
  • Et enfin, coté Acer, l’Iconia W510, du même genre que l’Asus Transformer en 10,1 pouces, l’Iconia W700 en 11,6 pouces avec des ports USB 3 et les ultrabooks existants auront leurs versions tactiles,  les Aspire de la gamme S7, M et V5.

Ces annonces vont surtout démocratiser les tablettes avec écran de 11,6 pouces alors que jusque là, nous ne dépassions pas les 10 pouces et les écrans tactiles plus grands de 12, 14, 15,6, 20 et même 27 pouces. Une excellente nouvelle !

N’êtes-vous pas impatient de tester le meilleur de la tablette et le meilleur du PC en tout en un ?

Application native vs Web application : le duel fraticide

Les applications natives sont développées et compilées pour le système cible où elles s’exécutent. Elles ne fonctionnent donc que sur un seul système. Elles sont généralement développées dans le langage de prédilection du système, qui diffère d’un système à l’autre. Les applications Web, ou Web apps, s’exécutent au sein d’un navigateur Internet. Ces navigateurs étant présents sur tous les systèmes, elles peuvent s’exécuter sur tous les systèmes.

Chacune des deux solutions a des avantages et des inconvénients. Selon le contexte et le type d’application, une solution sera plus adéquate que l’autre. Mais quels sont ces critères ? Comment faire le bon choix ? Analyse. Lire la suite

Les utilisateurs ne comprennent pas les mises à jour logicielles

Il y a tout juste un an, je publiais une analyse d’expert « Les mises à jour logicielles : automatiques ou pas ? » consacré à la nécessité ou pas de rendre automatique les mises à jour logicielles pour le grand public.  Il y a des avantages à le faire automatiquement, voire même de manière silencieuse. En effet, avec la multiplication des logiciels, notamment sur les téléphones et les tablettes, les mises à jour sont tout autant multipliées. Il n’est pas rare, quand j’attends plus d’une semaine avant de faire une mise à jour, d’avoir trente applications à mettre à jour. Avant, on se limitait à l’utilisation de trois ou quatre logiciels qui se mettaient à jour tous les deux ans. Il y avait moins de raisons de se poser des questions. Autre avantage, en ayant eu cette pratique, on n’aurait pas eu à supporter la compatibilité avec de vieilles versions de navigateurs, notamment Internet Explorer. Et cela coûte cher de vouloir être compatible avec ces anciennes versions. C’est d’ailleurs le choix qu’a fait Chrome et Firefox qui font maintenant des mises à jour automatiques toutes les six semaines, mais en plus silencieuses. Parmi les inconvénients, il y a le risque que la nouvelle version ne fonctionne pas correctement avec les plugins et autre applications que l’on utilise. Adobe Flash a longtemps eu cette réputation. Dilemme !

Skype, récemment acquis par Microsoft, a fait une étude sur la compréhension des utilisateurs de l’utilité des mises à jour logicielles. Les résultats sont très intéressants car ils corroborent ce que j’indiquais dans cette analyse d’expert un an plus tôt. La plupart d’entre eux n’y voient pas d’intérêt, si ce n’est d’attendre et de rester bloqué jusqu’à ce que la mise à jour soit terminée. Beaucoup craignent de répondre « oui » à une proposition de mise à jour de peur qu’elle provienne d’un virus. C’est d’ailleurs l’un des principaux vecteurs de diffusion des virus : tromper l’utilisateur.

Si avec ça vous n’êtes pas convaincus qu’une mise à jour automatique, forcée, silencieuse et si possible transparente de tous les logiciels grand public n’est pas une bonne chose pour l’humanité, j’aurais du mal à vous trouver d’autres arguments. En attendant, j’utilise quotidiennement Chrome depuis longtemps et ne me rend pas toujours compte de ses mises à jour. C’est si plaisant…

Pour en savoir plus, lisez la synthèse de cette étude Skype publiée par PcINpact.

C, Java, Objective C : le top 3 des langages les plus utilisés dans le monde

Tiobe effectue un classement mensuel des langages les plus utilisés dans les développements actuels. C’est un excellent indicateur pour identifier les tendances de l’informatique dans le monde.

Le TOP 3 est tout à fait intéressant. Le langage C, qui fait partie des plus anciens, reste leader. Devenu archaïque car il n’est pas objet, il est toujours autant prisé par sa rapidité d’exécution. Quand on cherche de la performance pure, c’est LE langage à choisir. En logique deuxième position, le Java, langage objet par excellence qui a été le premier à proposer un garbage collector permettant aux développeurs de ne plus gérer (la plupart du temps) la libération des objets en mémoire. En troisième position, l’Objective C, qui a largement progressé ces deux dernières années. Il n’est utilisé que pour développer des applications sur les iPhones et les iPads dont les ventes ont explosées au point de remettre en cause l’utilisation de PC classiques.

Les suivants sont le C++, l’équivalent objet du C, l’un des plus anciens langages objet populaires, le C#, la réponse de Microsoft au Java, le Visual Basic, la solution de développement simplifié de Microsoft utilisée notamment dans Office, le PHP, le langage le plus populaire du web qui connait une étonnante descente aux enfers depuis 2 ans alors qu’il est devenu un vrai langage objet digne de ses concurrents. C’est aussi le premier langage faiblement typé. Après Python, Perl et Ruby, le JavaScript, présent sur les navigateurs Internet, est en onzième position.

Retrouvez le classement complet (jusqu’au 50ème) sur le site de Tiobe.