Mes idées pour optimiser Station F

Alors que le nom « Station F » a été rendu public fin juin, il est temps que je rende public mes idées pour optimiser ce projet dont j’ai entendu parler pour la première fois il y a trois ans, en juin 2013 et qui me tient à cœur depuis cette époque. « Station F », c’est le projet d’incubateur de Xavier Niel connu jusqu’alors sous le nom de « Halle Freyssinet » du nom du lieu où il se trouvera à Paris, ou « 1000 startups » puisque le but du projet est d’incuber 1000 startups dans un lieu accessible 24h/24 permettant d’accueillir 3000 personnes.

station-f-espace-partage

Bien que mes réseaux sociaux affichent un millier de contacts, je n’ai pas de contacts particuliers avec les personnes en charge de la mise en oeuvre de ce projet. Je n’ai donc pu leur proposer mes idées. Comme cela fait trois ans que j’y réfléchis, la moindre des choses, c’est que je les publie. Mes idées ne sont peut-être pas originales. Peut-être que Station F a prévu de faire la même chose. Mais n’ayant pas été en contact avec l’équipe chargée de le mettre en oeuvre, je ne le sais pas. Voici mes idées.

Lire la suite

La taille de vos erreurs doit grandir avec celles de la société

« La taille de vos erreurs doit grandir avec celles de la société ». Ce n’est pas moi qui le dit, mais Jeff Bezos, le PDG d’Amazon. Et de rajouter, « Sinon, l’entreprise évoluera à une trop petite échelle. La bonne nouvelle lorsque vous choisissez cette approche est qu’un petit nombre de victoires paient pour des centaines d’échecs ». Inspirant.

jeff-bezos

C’est d’ailleurs dans cette logique qu’est Xavier Niel, en France, en créant le projet 1000 startups à la Halle Freyssinet. En incubant 1000 startups, il y en aura au moins une qui réussira et qui financera les 999 échecs. Cette façon de penser est un changement de culture qui a du mal à passer. Mais c’est ceux qui l’ont adopté qui obtiennent les plus gros succès. Ce n’est pas avec du vinaigre qu’on attire les mouches. Tout cela est dans la mouvance du Lean Startup avec la culture du « Fail fast ».

Pour en savoir plus, lisez l’article de Clubic, « Amazon a de très gros échecs dans ses cartons« .

Playing Lean, un jeu de plateau pour découvrir l’esprit Lean Startup

Le 25 février 2016, à l’occasion de la 24ème rencontre d’Agile Playground, j’ai pu expérimenter le jeu Playing Lean.

playing-lean

Bien que j’ai trouvé l’animateur Guy Lévi-Bochi pas assez pédagogue, cette soirée m’a permis d’expérimenter le jeu et me faire une bonne idée de son contenu. J’ai trouvé que le message des principes du Lean Startup passaient bien. Je vous recommande donc le jeu.

playing-lean-table

Ce jeu se joue à plusieurs équipes de 2 ou 3 personnes. Chacun part avec le même capital et le même terrain de jeu. A chaque tour, l’équipe peut construire son produit, à moins qu’elle préfère investir son temps à la découverte de son marché, à l’amélioration de ses compétences ou à la vente de son produit. Mais, il faut faire des choix, on ne peut pas tout faire en même temps. C’est là que la stratégie des uns et des autres sera déterminante pour conquérir le marché de masse.

Le plateau de jeu est composé de cases cachées. A l’extérieur, les vertes, le marché de niche, puis les jaunes, un marché plus important et l’orange un marché encore plus important pour finir au centre, le marché de masse, celui qui sera atteint par l’équipe la plus astucieuse.

Derrière chaque carte se trouve la description du produit type que la clientèle est susceptible d’acheter. Si vous avez ça en stock et que vous leur vendez le produit, l’argent rentre dans les caisses et votre business se développe. Vous pouvez alors élargir votre marché et ainsi de suite jusqu’à arriver au marché de masse.

Il faut 2 à 3 heures pour jouer le jeu entièrement. Vous pouvez trouver plus d’informations sur le site de l’éditeur : Playing Lean. Pour acquérir le jeu, il faudra vous acquitter de la somme de 150 $.