Les canicules mettent à rude épreuve les Datacenters

Les Datacenters sont ces bâtiments gigantesques énergivores au possible et qui stockent des milliers d’ordinateurs permettant de faire fonctionner Internet. Ces ordinateurs produisent une chaleur énorme qui doit être régulée par de la climatisation. Le bâtiment tout entier est conçu pour refroidir ces ordinateurs, 24h/24, même en cas de panne d’électricité.

Alors que cet été nous avons vécu deux canicules consécutives, il est intéressant de savoir comment les Datacenters font pour se protéger de cette nouvelle source de chaleur venant de l’extérieur. Un Datacenter mal isolé et c’est tout un pan d’Internet qui s’écroule…

Zdnet en parlait en juillet dans son article « Pics de canicule : pourquoi les datacenters français tiennent le coup » que je vous invite à lire.

Bien que je ne travaille pas dans ce domaine, les Datacenters ne me sont pas étrangers. J’ai pu visiter en septembre 2012 le Datacenter n°3 d’Iliad (Free) lors de son inauguration. Tout y est démesuré. Les cartes réseau coûte 400 000 Euros pièce, les capacités des disques durs ne sont pas mesurés en Terraoctets mais en Tonnes, etc…

Vous pouvez également lire mes autres publications concernant les Datacenters.

Bon été rafraîchissant !

Mes idées pour optimiser Station F

Alors que le nom « Station F » a été rendu public fin juin, il est temps que je rende public mes idées pour optimiser ce projet dont j’ai entendu parler pour la première fois il y a trois ans, en juin 2013 et qui me tient à cœur depuis cette époque. « Station F », c’est le projet d’incubateur de Xavier Niel connu jusqu’alors sous le nom de « Halle Freyssinet » du nom du lieu où il se trouvera à Paris, ou « 1000 startups » puisque le but du projet est d’incuber 1000 startups dans un lieu accessible 24h/24 permettant d’accueillir 3000 personnes.

station-f-espace-partage

Bien que mes réseaux sociaux affichent un millier de contacts, je n’ai pas de contacts particuliers avec les personnes en charge de la mise en oeuvre de ce projet. Je n’ai donc pu leur proposer mes idées. Comme cela fait trois ans que j’y réfléchis, la moindre des choses, c’est que je les publie. Mes idées ne sont peut-être pas originales. Peut-être que Station F a prévu de faire la même chose. Mais n’ayant pas été en contact avec l’équipe chargée de le mettre en oeuvre, je ne le sais pas. Voici mes idées.

Lire la suite

Hébergez tous vos petits sites Web avec le multidomaines d’OVH pour 3 Euros

L’hébergement d’un site Internet ne coûte vraiment pas cher, entre 2 et 3 euros par mois. Il faut juste qu’il ne soit pas trop gros, trop complexe, ni trop fréquenté. Si vous n’êtes pas très pro en informatique, cela reste très simple à mettre en oeuvre avec les hébergements dits mutualisés où le serveur livré est déjà configuré pour vous. Il existe même l’option 1-click qui permet, d’un simple clic, d’installer automatiquement un CMS du marché. Un CMS, ou Content Management System, en français Système de Gestion de Contenus, est une application qui gère automatiquement la publication de vos articles. Il existe par exemple WordPress, le CMS orienté blogs utilisé par le site que vous lisez en ce moment même, mais aussi Joomla et Drupal qui ont d’autres avantages. Des plugins sont disponibles par milliers pour ajouter des fonctionnalités à votre site sans programmation. Et si vous le voulez, vous pouvez vous mettre à la programmation en PHP pour améliorer vos sites.

Là où cela devient plus frustrant, c’est si vous avez plusieurs petits sites car, à chaque fois, vous devez payer un hébergement et les prix s’additionnent chaque mois. OVH a la solution avec son option multidomaines accessible sans surcoût avec l’offre la moins chère. Pour 3 Euros HT par mois, vous pouvez héberger autant de sites que vous voulez tant que la somme des contenus ne dépasse par 100 Go de données, 200 Mo de base de données et 30 connexions simultanées.

ovh-multidomaines

Avec le multidomaines, vous partagez l’espace disponible avec l’ensemble des sites. Techniquement, les sites sont stockés dans des répertoires différents, c’est donc très simple à mettre en oeuvre et gérer au quotidien. Pour les visiteurs de vos sites, c’est totalement transparent. Ils accèdent à vos sites comme s’ils étaient hébergés par des services différents. L’offre inclue également, pour le même prix, une sauvegarde automatique qui est généralement proposée en option payante chez les concurrents. Ainsi, on est sûr de ne pas perdre ses données. C’est rassurant !

Le site conseille de ne pas mettre plus de 5 sites en multidomaines. En réalité, il n’y a aucune limite tant que la somme des sites ne dépasse pas les limites indiquées. Si votre site connait le succès, ce que je vous souhaite, et que vous atteignez ces limites, vous pouvez passer directement aux offres supérieures qui ne sont pas bien plus chères : 6 Euros et 10 Euros par mois selon la puissance supplémentaire souhaitée, toujours avec les mêmes services. Il faut vraiment que vos sites soient vraiment populaires pour que vous soyez contraints d’accéder à des offres encore plus chères. Mais si tel est le cas, OVH vous propose Kimsufi, des offres dédiées, plus complexes à mettre en oeuvre, mais pas trop chères, entre 5 et 25 Euros par mois. Et si votre site est encore plus populaire, d’autres offres sur mesure sont disponibles. Il faut le savoir, OVH est le plus gros hébergeur français de sites Internet et l’un des plus gros mondiaux. Un service haut de gamme accessible à tous.

Depuis quelques mois, j’ai testé le service et j’ai migré tous mes sites sur le même hébergement :

Comme vous pouvez le constater, ils fonctionnent tous parfaitement. Les temps de réponse et la disponibilité sont même grandement améliorés par rapport à mon précédent hébergeur et, cerise sur le gâteau, j’ai une sauvegarde générale de tous mes sites. Ça marche ! Les sites sont très anciens (à part le premier) et cela faisait mal au cœur de payer un hébergement pour chacun d’entre eux juste pour les maintenir en vie à titre de nostalgie. J’avais d’autres sites que j’avais arrêté à l’époque pour cette raison. Ils auraient pu continuer à exister, sans surcoût.

Il reste un détail à régler. Bien que l’hébergement vous permette d’inclure tous les domaines de votre choix, l’hébergement n’inclue, pour le prix, qu’un seul domaine. Il vous faut donc payer les autres noms de domaine qui coûtent de l’ordre de 6 Euros par an, le prix étant variable selon l’extension choisie. Bien entendu, OVH vous permet d’acheter et configurer vos noms de domaines pour ensuite les rattacher à votre hébergement. Pour ma part, j’ai préféré ne pas mettre les oeufs dans le même panier et héberger tous mes domaines sauf celui inclus dans mon offre chez Bookmyname qui est une filiale de Iliad (Free) et qui a, pour certains domaines, des prix moins élevés.

Il est temps maintenant que je me lance sur un nouveau site que je vais rendre public prochainement et que je construis là encore avec le même hébergement. Si vous voulez me donner un coup de main en PHP, WordPress ou Drupal 8, n’hésitez pas à me contacter… Quant à savoir quel est le site, à moins que vous vouliez me donner un coup de main, soyez patients…

Pour en savoir plus, regardez l’offre d’hébergement perso d’OVH.

Franck Beulé
Coach Agile, expert des technologies de l’Internet et en ergonomie du Web

Opération carnage : un paintball dans Paris avec Online

Avez-vous déjà fait du Paintball DANS Paris ? Pour ma part, c’est chose faite depuis aujourd’hui. Online, la société d’hébergement de serveurs du groupe Iliad, le même groupe que Free, a acquis l’ancien bâtiment des Ponts et chaussées dans le 15ème arrondissement de Paris, afin d’y construire DC4, le quatrième datacenter du groupe. Avant de commencer les travaux, la société a organisé un paintball géant à l’intérieur du bâtiment. Ce n’est pas nouveau, cela avait déjà été fait pour DC3, le datacenter de Vitry sur Seine. Mais c’est la première fois qu’un tel événement est organisé dans Paris. Et un paintball dans Paris, je ne pouvais pas rater cela. Compte-rendu agrémenté des photos vues sur Twitter.

Lire la suite

Les datacenters de Google enfin en images et en chiffres

Google a toujours été très secret concernant ses datacenters. Je n’ai vu apparaître qu’une seule vidéo à ce sujet, en 2009, dont je n’ai bien évidemment pas parlé dans ce blog puisqu’il a ouvert en 2010.

Après la visite du nouveau datacenter d’Iliad, voici donc une visite guidée des datacenters de Google avec des chiffres à l’appui qui font froid dans le dos. Google affirme même que c’est là où Internet vit.

Vous voulez voir à quoi ressemble Internet ? Lisez cet article d’introduction sur Clubic qui présente ces chiffres ou allez directement sur le site de Google consacré à ses data centers.

Lisez un autre article sur le même sujet sur PcINpact qui propose également une vidéo de présentation réalisée par Google.

Visite du nouveau Datacenter DC3 d’Iliad

Un datacenter flambant neuf, ultra-moderne, ultra-sécurisé, ultra-efficace, ultra-écoperformant. Le nouveau datacenter d’Iliad mérite tous les superlatifs.

Alors qu’il vient d’ouvrir en accueillant son premier client il y a à peine une semaine, Iliad profite des journées du patrimoine pour permettre à 1600 chanceux (dont moi) de visiter pendant deux heures ces locaux, explications à l’appui.

Les photos étant interdites et les explications étant denses, je ne me voyais pas faire un compte rendu de cette visite ultra-intéressante. Mais voila que le site Lafibre.info s’est fendu d’un compte rendu ultra-détaillé avec des dizaines de photos ultra-bienfaites fournies par Iliad.

Je vous invite à lire ce compte-rendu d’un lieu hors du commun où tout est grand.

Si vous pensez devenir un jour client de ce Datacenter, il faudra que vous ayez 230 mètres carrés de baies à déployer et que vous comptabilisiez la capacité de vos disques durs en tonnes plutôt qu’en tera octets. Ces locaux de 11 800 m2 sont limités à 24 clients. Après, ce sera complet…