Windows XP disparaît définitivement dans un an… et dans les entreprises ?

Alors que de nombreux sites Internet constatent qu’il y a encore 30% d’utilisateurs équipés de Windows XP, le support étendu de Microsoft sur cette version du système apparu en 2001 va s’arrêter dans un an jour pour jour. Cela fait bien longtemps que ce système ne bénéficie de plus aucune nouveautés et pour quelqu’un qui a goûté Windows 7, c’est un calvaire de revenir à cette version plutôt primitive.

Mais le plus inquiétant vient du monde des entreprises. Près d’un grand compte sur deux n’aurait pas encore migré vers Windows 7 et surtout n’a pas de projet de migration compatible avec l’échéance connue depuis pourtant bien longtemps. Le 8 mars 2014, les entreprises qui n’auront pas sauté le pas ne bénéficieront plus des mises à jour de sécurité et seront donc exposés à tous les nouveaux malwares qui ne manqueront pas de pulluler.  Que leur restera t’il ? Couper leur accès à Internet ? Une perspective bien inquiétante qui semble pourtant se profiler. En effet, après les récentes annonces de sécurité sur Java et Flash, les robinets d’accès à ces plugins commencent à être coupés. Il ne restera alors plus qu’un pas pour se couper au reste du Web.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact sur ce compte à rebours inéluctable.

Java : une qualité de code inquiétante

Non. Cet brève d’actualité ne va pas dire que les développeurs Java produisent du code de piètre qualité. C’est plus grave que ça !

Après la découverte de plusieurs failles de sécurité concernant Java lui-même, il semblerait que les hackers aient trouvé le nouveau gruyère de l’informatique. De quoi remettre en cause tous les projets de développement autour de Java. Comme je l’indiquais dans mon article du 12 juillet 2012, après avoir longtemps été le premier langage de développement, Java est aujourd’hui le second, derrière le langage C. C’est donc une large majorité du développement informatique qui est concerné !

Selon des experts, il faudrait 2 ans d’effort pour fiabiliser ce langage. Est-ce la faute de la politique d’Oracle depuis qu’il a acheté ce langage à Sun ? L’origine est-elle plus lointaine ? Toujours est-il que les conseils pour désactiver Java fusent et les sociétés fournisseurs d’Antivirus profitent de ce nouveau filon. Cela ne vous fait-il pas penser à la chute de Flash d’Adobe ? Mais qu’allons-nous devenir si Java disparaît ? Allons-nous revenir au C ?

Pour en savoir plus, lisez les articles correspondants sur Clubic, 01Net, ITespresso et bien d’autres…

Application native vs Web application : le duel fraticide

Les applications natives sont développées et compilées pour le système cible où elles s’exécutent. Elles ne fonctionnent donc que sur un seul système. Elles sont généralement développées dans le langage de prédilection du système, qui diffère d’un système à l’autre. Les applications Web, ou Web apps, s’exécutent au sein d’un navigateur Internet. Ces navigateurs étant présents sur tous les systèmes, elles peuvent s’exécuter sur tous les systèmes.

Chacune des deux solutions a des avantages et des inconvénients. Selon le contexte et le type d’application, une solution sera plus adéquate que l’autre. Mais quels sont ces critères ? Comment faire le bon choix ? Analyse. Lire la suite

Les utilisateurs ne comprennent pas les mises à jour logicielles

Il y a tout juste un an, je publiais une analyse d’expert « Les mises à jour logicielles : automatiques ou pas ? » consacré à la nécessité ou pas de rendre automatique les mises à jour logicielles pour le grand public.  Il y a des avantages à le faire automatiquement, voire même de manière silencieuse. En effet, avec la multiplication des logiciels, notamment sur les téléphones et les tablettes, les mises à jour sont tout autant multipliées. Il n’est pas rare, quand j’attends plus d’une semaine avant de faire une mise à jour, d’avoir trente applications à mettre à jour. Avant, on se limitait à l’utilisation de trois ou quatre logiciels qui se mettaient à jour tous les deux ans. Il y avait moins de raisons de se poser des questions. Autre avantage, en ayant eu cette pratique, on n’aurait pas eu à supporter la compatibilité avec de vieilles versions de navigateurs, notamment Internet Explorer. Et cela coûte cher de vouloir être compatible avec ces anciennes versions. C’est d’ailleurs le choix qu’a fait Chrome et Firefox qui font maintenant des mises à jour automatiques toutes les six semaines, mais en plus silencieuses. Parmi les inconvénients, il y a le risque que la nouvelle version ne fonctionne pas correctement avec les plugins et autre applications que l’on utilise. Adobe Flash a longtemps eu cette réputation. Dilemme !

Skype, récemment acquis par Microsoft, a fait une étude sur la compréhension des utilisateurs de l’utilité des mises à jour logicielles. Les résultats sont très intéressants car ils corroborent ce que j’indiquais dans cette analyse d’expert un an plus tôt. La plupart d’entre eux n’y voient pas d’intérêt, si ce n’est d’attendre et de rester bloqué jusqu’à ce que la mise à jour soit terminée. Beaucoup craignent de répondre « oui » à une proposition de mise à jour de peur qu’elle provienne d’un virus. C’est d’ailleurs l’un des principaux vecteurs de diffusion des virus : tromper l’utilisateur.

Si avec ça vous n’êtes pas convaincus qu’une mise à jour automatique, forcée, silencieuse et si possible transparente de tous les logiciels grand public n’est pas une bonne chose pour l’humanité, j’aurais du mal à vous trouver d’autres arguments. En attendant, j’utilise quotidiennement Chrome depuis longtemps et ne me rend pas toujours compte de ses mises à jour. C’est si plaisant…

Pour en savoir plus, lisez la synthèse de cette étude Skype publiée par PcINpact.

HTML5, pour quoi faire ?

Un ancien collègue m’a envoyé un E-mail il y a quelques jours me demandant : « Est-ce que tu t’intéresses à l’HTML5 ? Si oui, comptes-tu t’en servir ? Pour quoi ? Et surtout quand ? »

Je l’ai tout d’abord redirigé vers l’article que j’avais déjà écrit à ce sujet, « HTML5, le nouvel argument commercial », que je vous invite à lire dans ce même blog si vous ne l’avez pas déjà fait. En substance, j’indiquais que tout le monde parle d’HTML5 en faisant un amalgame, confondant allègrement avec ce que l’on peut déjà faire en HTML 4 depuis des années et qui commence tout juste à être exploité. Après une brève mise au point sur ce qu’est HTML 4, je vais décrire ce qu’apporte HTML5 et à quoi l’on pourra s’en servir. Analyse. Lire la suite

HTML5 : le nouvel argument commercial

Qui n’a pas encore entendu parler de HTML5 ? Il est difficile d’éviter ce sigle tant les journalistes en parlent et en reparlent. C’est surtout devenu un argument commercial décisif. Point de salut pour celui qui ne fait pas de HTML5. En revanche, rare sont ceux qui savent réellement ce que c’est. L’amalgame est de rigueur. Comment en est-on arrivé jusque là ? Qu’est ce que c’est exactement ? En quoi cela peut-il modifier notre vie ? Analyse. Lire la suite

Eric Schmidt (Google) : le fils spirituel de George Orwell (1984)

George Orwell : 1984

George Orwell est un écrivain anglais du début du 20e siècle rendu célèbre par son roman de science-fiction 1984 écrit en 1948 (il a inversé les deux derniers chiffres) qui décrit un monde surveillé par Big Brother dont le slogan est « Big Brother vous regarde ». Dans ce monde, des caméras contrôlent tous les faits et gestes de la population. Les réunions de groupe sont interdites. Le ministère de la pensée est chargé de contrôler ceux que l’on appelle les déviants et qui ne se plient pas à la pensée unique imposée par le gouvernement. Lire la suite