Android est quasi-hégémonique

Il est bien loin le temps d’iOS, leader incontesté du marché des smartphones. Les dernières statistiques d’IDC viennent de paraître et Android représente maintenant plus de 4 ventes sur 5 (81%). iOS reste en seconde place mais ne représente plus que 13% des ventes. Tandis que Windows Phone triple son parc et représente maintenant 3,6% du marché. BlackBerry sombre dans l’oubli (-41%) tandis que les autres n’existent tout simplement plus (-80%).

Il y a quelques années encore, il fallait absolument avoir son application sur iOS, Android était facultatif. Aujourd’hui, Android est indispensable, iOS reste souhaitable car les utilisateurs d’iOS sont les plus grands acheteurs d’applications mobiles et Windows Phone est facultatif. Les autres peuvent être oubliés, purement et simplement. Voici les statistiques d’IDC actualisées.

Pour en savoir plus, lisez l’article de PcINpact analysant ces résultats. Vous pouvez également relire l’article que j’ai publié en août 2012 présentant les statistiques de l’époque.

Le rapport de force des OS mobiles change drastiquement

Selon IDC, en un an, Android progresse de plus de 100% et iOS de 27%. Dans le même temps, Blackberry recule de 40% et l’OS de Nokia de 63%. Windows Phone double son parc, mais part de très loin. Les systèmes exotiques ont quasiment tous disparus.

Voila ce qu’il faut retenir de cette nouvelle répartition des ventes mondiales de smartphones du second trimestre 2012 comparé à celle du second trimestre 2011.

En chiffres, cela donne :

Pour en savoir plus, lisez l’article de Macbidouille.

Application native vs Web application : le duel fraticide

Les applications natives sont développées et compilées pour le système cible où elles s’exécutent. Elles ne fonctionnent donc que sur un seul système. Elles sont généralement développées dans le langage de prédilection du système, qui diffère d’un système à l’autre. Les applications Web, ou Web apps, s’exécutent au sein d’un navigateur Internet. Ces navigateurs étant présents sur tous les systèmes, elles peuvent s’exécuter sur tous les systèmes.

Chacune des deux solutions a des avantages et des inconvénients. Selon le contexte et le type d’application, une solution sera plus adéquate que l’autre. Mais quels sont ces critères ? Comment faire le bon choix ? Analyse. Lire la suite

Titanium studio 2 : les développements natifs nomades multiplateformes

Il y a deux manières d’être présent sur les appareils nomades (smartphones et tablettes). En développant une web application adaptée aux dimensions des terminaux cibles et fonctionnant sur n’importe quel navigateur Internet, ou en développant des applications natives.

Pour la première solution, un seul développement est nécessaire. Il est compatible avec tous les terminaux. Pour la seconde solution, il est nécessaire de réaliser autant de développements que de systèmes d’exploitation existants : iOs, Android, Bada, BlackBerry, Windows Phone…

La seconde solution a pourtant beaucoup d’avantages : meilleure réputation, présence sur le store, possibilités étendues, manipulation du matériel du terminal…

Comment faire du développement natif tout en ne réalisant qu’une seule et unique application muti-OS ? C’est ce que propose Titanium Studio 2 qui est un environnement de développement permettant la réalisation d’application multi-OS. Eldorado ou vraie mauvaise idée ? Analyse. Lire la suite

Google Web Store et consorts : l’invasion des stores

Indubitablement, le succès de l’iTunes store d’Apple aiguise l’appétit de ses concurrents. En 2010, il ne se passe pas un mois sans qu’un nouveau store ouvre ses portes. Chacun aimerait se partager la part de gâteau au moment où Apple règne sans partage. Effet de mode ou révolution des usages ? Que va devenir l’Internet de demain ? Google va-t-il là encore tirer son épingle du jeu ? Analyse. Lire la suite