Panorama des offres de stockage illimitées dans les nuages

Avis de tempête dans le stockage illimité dans les nuages. Les offres illimitées sont rares et ont tendance à disparaitre les unes après les autres. Que reste t’il sur le marché de l’illimité ? Voici un panorama (non exhaustif) des offres restantes. Analyse.

nuages

Les offres disparues

Bitcasa, le pionnier, a commencé à 79$/an en 2012 puis a jeté l’éponge en 2014 après avoir dans un premier temps multiplié ses prix par 10.  Aujourd’hui, sa meilleure offre est à 100$ par mois pour 10 To. Microsoft a enchaîné avec son offre OneDrive qui proposait pour 7$/mois l’abonnement à Office 365, une heure de téléphonie via Skype et du stockage illimité. Son offre a été supprimée le mois dernier et les données des clients qui ont plus de 1 To vont être effacées à la fin de l’année, l’offre étant maintenant limitée à 1 To pour le même prix. Idem pour l’offre Amazon Cloud Drive qui proposait l’illimité à 55$ par an et qui a maintenant comme meilleur offre 1 To à 400 Euros par an.

L’offre qui résiste

Alors que nous reste t’il ? Le plus résistant est Toutbox ! Pourtant, lorsque l’offre est sortie, je ne donnais pas cher de sa peau. Elle est gratuite, illimitée et facilite le partage des fichiers entre membres, de quoi plaire à une certaine catégorie d’utilisateurs. Peu agréable à utiliser, cela fait pourtant plus de trois ans qu’elle existe et qu’elle fonctionne correctement. Un ovni qui passe inaperçu sur le marché. C’est probablement son secret pour durer.

toutbox

La sauvegarde illimitée

Dans un autre registre, il y a les solutions de sauvegarde de disque qui sont censées être illimitées mais sont de fait limitées à la capacité de votre disque dur. Autre limitation, il n’est pas possible de manipuler les fichiers. Ce n’est qu’une offre de sauvegarde !  Nero Backitup est à 70$ par an et Carbonite à 80$ par an. Il est possible de sauvegarder des disques externes, mais ceux-ci doivent être connectés au minimum tous les 30 jours au risque de voir les sauvegardes supprimées. Peu pratique ! Avec SOS online backup qui est à 8$ par mois, cette limite semble ne pas exister. Les disques externes sont sauvegardés à volonté. L’offre de Crashplan fonctionne de la même manière pour 6$/mois ou 60$/an. Un de mes amis a testé cette dernière offre et a abandonné la sauvegarde bien avant qu’elle ne soit terminée. L’outil estimait à un mois la sauvegarde du disque principal qui faisait 4 To. Un plafonnement du débit est appliqué pour décourager les utilisateurs d’utiliser réellement l’illimité.

Les photos illimitées

Google Photos et Amazon Cloud drive ont également une offre de stockage illimitée, mais uniquement de vos photos. Avec Google, c’est gratuit. Avec Amazon, c’est inclus dans l’offre Premium à 49 Euros par an qui permet également de bénéficier des frais de port gratuit et des livraisons accélérées pour toutes vos commandes dans la boutique. Avec Google, les photos sont stockées avec une résolution limitée. Vous ne pouvez donc pas stocker vos photos les plus volumineuses sans qu’une recompression ne soit effectuée. Je ne connais pas les limitations d’Amazon, mais j’imagine qu’il y en a une. Si les photos sont illimitées, c’est probablement qu’il y a une opportunité business à saisir qui est moins évidente avec les autres types de fichiers.

La musique illimitée

Google Play Musique offre la possibilité de stocker gratuitement 50 000 chansons au format mp3. Ce n’est pas de l’illimité, mais cela en est proche. Pour 10$/mois, vous pouvez écouter en illimité toutes les chansons que Google possède et supprimer toutes les publicités de Youtube dans la foulée. Les autres offres de musique en streaming comme Deezer ou Spotify sont au même tarif mais ne permettent pas, il me semble, l’envoi de ses propres mp3.

Les vidéos illimitées

Dans un sens, Youtube et Dailymotion permettent le stockage illimité des vidéos. Vous pouvez en envoyer autant que vous le souhaitez, gratuitement. Par contre, elles sont systématiquement ré-encodées. Votre format source n’est pas récupérable. Une option vous permet de ne rendre visible votre vidéo qu’aux personnes à qui vous avez donné le lien, voire qu’à vous même. Mais attention, qu’elles soient publiques ou privées, elles doivent passer le filtre anti-piratage qui est plutôt violent. Une des vidéos que j’ai envoyée a été censurée. C’était la première danse de la mariée lors du mariage de mon cousin. Et elle a dansé sur une musique commerciale soumise au copyright. Bien qu’en partage limité, la censure a été appliquée. Dans le même temps, des dizaines de vidéos publiques avec la même musique sont disponibles sur la plateforme sans être censurées. Cherchez l’erreur !

L’offre la plus compétitive

Si l’illimité n’est plus vraiment accessible, quelle est l’offre la moins chère avec le plus gros stockage ? Cela reste depuis bien longtemps Hubic d’OVH qui propose 10 To pour 5 Euros par mois ou 50 Euros par an. Les tarifs ont été divisés par deux en mars 2015. Malheureusement, il n’est pas possible de prendre plusieurs blocs de 10 To sur un seul compte. Dommage.

hubic

Les limitations de l’illimité

Les offres illimitées ne sont pas complètement illimitées. On ne le sait que trop bien avec les offres en téléphonie mobile. En matière de nuages, c’est la même chose.

La limitation la plus classique est sur la taille individuelle des fichiers. Selon les services, cette limitation peut être à 2 Go, 5 Go ou 10 Go. Le plus restrictif que j’ai trouvé limitait à 200 Mo par fichier.

Autre limitation, plus vicieuse, c’est sur le contenu de ce que vous y mettez. Bien que non partagé, les automates vérifient le contenu de vos fichiers et si par malheur certains d’entre eux ne sont pas conformes aux conditions générales, votre compte peut être bloqué sans possibilité d’être débloqué. C’est l’expérience que j’ai vécue avec Microsoft et que j’ai décrite largement dans mon article Le Cloud c’est l’enfer publié fin 2014. Je n’ai jamais pu savoir quels fichiers posaient problème et je n’ai jamais eu le droit de débloquer mon compte. Heureusement que je n’avais pas mis ce compte sur mon Email principal, car quand on est bloqué, tout est bloqué, y compris l’Email ! J’avais payé d’avance l’abonnement pour un an. Microsoft a gardé l’argent sans me rembourser quoi que ce soit. Comportement scandaleux que j’ai signalé à de nombreux journalistes qui ont tous été indifférents à ma cause.

Limitation encore sur la pérennité du service. Presque tous les services qui ont proposé de l’illimité sont revenus en arrière un an après demandant aux clients qui ont réellement utilisé le service d’effacer leurs données sinon elles seraient automatiquement effacées à brève échéance, entre deux semaines et deux mois selon leur « gentillesse ». Je l’ai personnellement vécu et relaté dans le même article Le Cloud c’est l’enfer.

Les outils qui sont mis à votre disposition pour envoyer (synchroniser qu’ils disent) vos données dans les nuages sont généralement mal pensés. La plupart du temps, la synchronisation est réalisée sur un seul dossier de votre choix dont le nom vous est imposé. Mécaniquement, cela limite l’offre au plus à la taille de votre disque dur. On est loin de l’illimité. Il est techniquement possible de stocker plus de données, mais c’est généralement une procédure compliquée qui décourage donc la plupart des candidats à l’illimité. Certaines offres sont encore plus archaïques, comme Toutbox ou Amazon Cloud drive : elles ne permettent pas la synchronisation d’un répertoire et proposent à la place un outil d’envoi de fichiers pas du tout ergonomique, toujours dans l’espoir de vous dissuader d’utiliser l’offre.

Enfin, vous n’êtes pas à l’abri de la surveillance de ce que vous mettez dans votre nuage. C’est même plutôt le contraire. Les fichiers sont analysés en long, en large et en travers. Et si vous avez le malheur d’avoir des données inconvenantes, soyez certain que les autorités compétentes seront averties ou votre compte bloqué.

Dernier détail. La synchronisation de votre nuage nécessite le transfert de vos données de votre disque dur vers les disques durs de l’opérateur. Cet envoi se fait par Internet avec votre connexion. Si vous êtes en ADSL, ce qui correspond à la majorité des français, vous êtes limité à 1 Mb/s d’envoi. J’avais calculé qu’à ce débit, il m’aurait fallu 15 ans pour envoyer toutes mes données. Il est vrai que j’en ai beaucoup. Pour bénéficier réellement d’une offre illimitée, vous devez donc avoir une bonne connexion à Internet. Si vous êtes à moins de 1 km de votre point de raccordement, vous devriez bénéficier du VDSL2 qui peut augmenter votre capacité d’envoi jusqu’à 30 fois. Encore faut-il que votre opérateur propose cette technologie. Je sais qu’avec Free, c’est le cas, mais pour les autres, ce n’est pas toujours le cas. Renseignez-vous ! Le mieux étant d’être connecté avec la fibre optique. Avec Free, vous pouvez envoyer 200 Mb/s, mais les abonnés chanceux sont peu nombreux. Avec Orange, c’est 100 Mb/s, moitié moins, mais vous avez plus de chances d’être abonné. Avec SFR, ex-Numéricable, c’est de la fausse fibre. En réalité, c’est du coaxial, ce qui limite fortement les débits. Votre connexion à Internet est donc primordiale pour bénéficier de services illimités.

Outrepasser la surveillance de votre compte

nuage-coffre

Il existe des outils qui proposent le cryptage de vos données juste avant qu’elles soient envoyées sur le nuage. Ainsi, l’hébergeur ne stocke que des données cryptées qu’il ne peut regarder. L’un des outils qui propose ce service est Boxcryptor. Il est gratuit pour une utilisation basique. Le principe est simple. Vous copiez vos fichiers dans un disque virtuel Boxcryptor et vos données sont cryptées dans le dossier physique de votre offre de nuage. Selon l’opérateur de nuage, l’intégration de Boxcryptor est plus ou moins réussie. Mais cela fonctionne à peu près bien.

J’ai testé pas mal d’outils et d’offres. Rien n’est vraiment idéal. Il y a encore des marges d’amélioration importantes. Par contre, je suis stupéfait du manque de stabilité de certains outils. Quand c’est pour synchroniser des documents de quelques Mo, tout fonctionne correctement. Cela permet aux journalistes de dire que c’est génial. Mais dès que les fichiers à synchroniser sont plus gros, 1 Go et plus, c’est une autre histoire. Certaines solutions plantent et continuent à planter lors qu’on les relance. Seule solution : désinstaller et réinstaller l’application. Soyez vigilants !

Un peu de lecture culturelle

Lorsque j’ai rencontré mes problèmes avec les nuages, j’ai fait quelques recherches sur Internet et je suis tombé sur quelques articles inspirants. Notamment l’un d’entre eux qui m’expliquait que la mésaventure que j’ai connue avec Microsoft était plutôt courante. Ouf ! Je ne suis pas seul ! Si vous voulez en savoir plus sur le coté obscur des nuages, lisez ces quelques articles en anglais :

Conclusion

Maintenant que vous avez eu un panorama des offres existantes, il ne vous reste plus qu’à choisir celle qui vous convient le mieux ! Mais avant de vous lancer, n’oubliez pas, comme je l’expliquais en fin d’année dernière, que les offres ont du mal à durer dans le temps et il n’est pas rare qu’on vous demande de déguerpir au plus vite avec vos données. On n’est pas à l’abri que ceux qui restent fassent pareil dans un futur plus ou moins proche. Vous serez avertis !

Franck Beulé
Coach Agile, expert des technologies de l’Internet et en ergonomie du Web

Ajoutez un commentaire