Le rituel Agile : la cohésion d’un groupe

Mais qui sont ces gens qui travaillent bizarrement et qui vont en réunion tous ensemble ? Des irréductibles Gaulois ? Non, c’est une équipe qui pratique la méthode Agile !

Mais que font-ils chaque matin, ainsi réunis devant un tableau de Post-it ? Ils conspirent ? C’est quoi ces Post-it partout ? Et pourquoi ils invitent plein de monde tous les 15 jours ? Pour faire la fête ? C’est quoi ces cartes à jouer ? Ils ne devraient pas plutôt travailler que jouer aux cartes ?

Oui, ces êtres sont bizarres. La méthode aussi est bizarre. Mais elle est bigrement efficace. Non seulement elle permet de mieux maîtriser ses délais et de s’adapter aux changements de dernière minute, mais en plus, elle permet une cohésion de groupe sans égal. Qu’est-ce que ce rituel Agile ? Analyse.

Si vous n’êtes pas familier de la méthode Agile, lisez l’article « La méthode Agile pour gérer vos projets ». Cette analyse n’est pas là pour expliquer la méthode, mais l’apport du rituel dans la cohésion du groupe.

Le scrum

Le scrum est la réunion la plus visible, car elle a lieu tous les jours à la même heure avec toute l’équipe. C’est un point d’étape quotidien où toute l’équipe relate ses avancées de la veille et ce qu’elle compte faire dans la journée. C’est aussi le moment où chacun peut demander de l’aide s’il n’arrive pas à résoudre un problème. Le porteur de l’évolution peut notamment apporter des précisions qui n’ont pas été soulevées jusqu’alors, sans toutefois rentrer dans le détail car ce n’est pas l’objet de cette réunion.

La méthode Agile ne reconnaît pas les individualités. Le groupe est un tout. Un succès est un succès du groupe. Un échec aussi ! Cette réunion est aussi le moyen de voir si le sprint avance bien ou prend du retard. L’équipe peut alors corriger le tir, si nécessaire, avec la contribution de tous. Un chronomètre rythme cette réunion. Chacun prend la parole à tour de rôle, mais pour une durée limitée. Les bavards sont en général ennuyeux ! Faire une réunion quotidienne ennuyeuse est démotivant.

Le planning poker

C’est là que les cartes à jouer interviennent. Malgré le nom de cette réunion, ce ne sont pas des cartes de poker. Cette réunion est plus studieuse que ludique. Elle intervient au minimum une fois par sprint, plus souvent si nécessaire. Le but de la réunion est de chiffrer les évolutions demandées afin pouvoir les planifier selon la capacité à faire de l’équipe.

Le demandeur de l’évolution la présente face à l’équipe et apporte des compléments d’information sur son besoin qui est décrit par ailleurs de manière détaillée dans un document. L’équipe s’imprègne du besoin et demande les précisions qu’il juge nécessaire. Notamment, elle peut suggérer des solutions équivalentes à celle demandée, mais beaucoup moins coûteuses.

Suite à cette discussion, le besoin peut-être déclaré suffisamment clair pour être chiffré ou au contraire nécessiter un travail complémentaire avant de pouvoir faire tout chiffrage. Dans ce cas, l’évolution repassera à la prochaine réunion de planning poker une fois les éléments manquants précisés.

Les cartes permettent de voter. Elles contiennent toutes un nombre qui correspond au nombre de points nécessaires pour réaliser l’évolution : 0.5, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 20, 40, 100. Non, ce ne sont pas les nombres de Lost. Ces points sont à la fois une unité de temps et de complexité de réalisation. Chaque développeur donne son avis car on ne sait pas à l’avance qui va réaliser l’évolution. Les développeurs doivent être facilement interchangeables. C’est pour cela qu’ils sont tous impliqués dans cette réunion.

À la fin de la réunion, l’apporteur de l’évolution sait à quoi s’en tenir. Il sait exactement quel va être le coût de son évolution ou s’il doit la retravailler. L’ensemble des développeurs saura quoi développer. Certes, on a joué aux cartes. Mais en sortie de réunion, tout le monde a une vision claire des évolutions à venir.

La réunion de lancement du sprint

À chaque début de sprint, une réunion de lancement est organisée. Le product owner donne la liste des évolutions, déjà chiffrées, qu’il a priorisées pour ce sprint. C’est une sorte de contrat que l’équipe doit réaliser pendant ce sprint. C’est le moment de parler de l’organisation du sprint. Qui sera le scrum master (il peut changer à chaque sprint) ? Dans quel ordre les histoires vont être réalisées ? Qui va faire quoi ? Comment l’équipe va synchroniser ses développements ? C’est l’occasion de se poser toutes les questions nécessaires avant de se lancer dans la bataille. Après cette réunion, qui est la dernière avant la fin du sprint, chacun se concentrera à sa tâche pour la réaliser dans les meilleures conditions.

La démo

La démo est certainement la réunion la plus importante. Elle a lieu à chaque fin de sprint et a pour but de montrer à tous, les développeurs et ceux qui ont demandé les évolutions, ce qui a été réalisé durant le sprint. Elle permet de voir si l’évolution a été correctement réalisée et si elle est finie. La notion de fini est primordiale dans la méthode Agile car suite à cette démo, le produit doit être prêt à être mis en production.

Cette réunion est la plus importante car elle montre par la pratique l’effort de l’équipe et permet de confirmer que la réalisation du besoin a été conforme aux souhaits du demandeur. Si, par malchance, le demandeur estime que la réalisation n’est pas conforme à sa demande, il le saura au plus tôt et pourra entamer les actions correctives immédiatement.

Certaines démos de fin de sprint permettent de voir des évolutions majeures qui ont été réalisées sur plusieurs sprints. C’est une occasion d’inviter la direction qui, en général suit de loin les projets, pourra se rendre compte par la pratique de l’efficacité de son équipe.

La rétrospective

La rétrospective est organisée en fin de sprint et généralement en fin de journée. Toutes les personnes impliquées dans le projet sont conviées : les développeurs comme les apporteurs d’évolutions. Lors de cette réunion, chacun peut exprimer ses joies et ses déceptions. L’équipe critique son travail en bien et en mal. C’est l’occasion de se féliciter sur ce qui a bien été fait. C’est aussi le moyen d’exprimer ouvertement ce qui ne va pas. Comme cette réunion a lieu à chaque sprint, les problèmes sont vite remontés, avant qu’ils ne deviennent trop gros.

Parmi les points soulevés, les trois qui ont eu le plus de suffrages deviennent les objectifs qualitatifs de l’équipe pour le prochain sprint. L’équipe toute entière va s’atteler à résoudre ces points. Les problèmes sont ainsi vite résolus, à moins qu’ils persistent d’un sprint à l’autre. Il faut dans ce cas envisager des solutions plus radicales impliquant parfois la direction. Grâce à cette rétrospective, aucune place n’est laissée aux non-dits. Ces non-dits pourrissent parfois les relations entre collègues. Pas dans les équipes Agiles !

Le day off

Une journée par sprint, l’équipe ne travaille pas. Un repos bien mérité !

Contrairement aux apparences, même si aucun développement n’est réalisé ce jour là, cette journée est très bénéfique. Elle permet à l’équipe de prendre du recul sur son travail et se rendre compte de ses avancées. Cette journée est utilisée pour organiser les réunions précédemment citées (sauf le Scrum qui est quotidien). Elle permet également de packager l’application dans une version officielle entièrement fonctionnelle. Cette journée a lieu en fin de sprint et sert de jointure avec le sprint suivant.

En fin de compte, il n’y a pas tant de réunions que cela. Chacune d’entre elles, dans un registre différent, assure la cohésion du groupe car elle permet le dialogue, sans retenue, pendant toutes les phases du projet. Ce dialogue permanent, mais contrôlé pour éviter de perdre du temps à ne rien dire, contribue à l’efficacité de l’équipe et à sa bonne ambiance. Les réunions inutiles, qui nuisent au quotidien de bon nombre de collaborateurs, sont bannies.

Et qui dit bonne ambiance dit faible turn-over et efficacité accrue. La boucle est bouclée !

Franck Beulé
Chef de projet Agile, expert des technologies de l’Internet et en ergonomie du Web

 

Ajoutez un commentaire